Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 11:14

Argumentaire diffusé à l'occasion de la

Réunion publique pour le LYON TURIN du 5 février 2011.

organisée à ST Jean de Maurienne par A Fatiga de la cgt cheminot avec Monsieur Besson, Monsieur Virano..

 


"Ce projet est nécessaire pour désengorger les vallées savoyardes"

C'est complètement faux, et pour de nombreuses raisons (1):

À L'échelle européenne, les tunnels suisses récemment construits (LÖtschberg et St Gothard) et d'autres nouvelles liaisons ferroviaires (Angleterre -Italie via Bâle par exemple) vont capter une part de plus en plus importante du fret qui transite actuellement par  les vallées savoyardes.

D'autres part, il serait beaucoup moins cher (un milliard d'euros au lieu de 20 à 25 milliards), de moderniser la liaison ferroviaire existante Ambérieu-Fréjus, qui pourrait alors absorber la totalité du fret

 

"Le chantier va créer de l'emploi en Maurienne"

Quel genre d'emploi? Tunneliers, conducteurs de camions, et autres travaux pénibles et temporaires du génie civil...être employé à détruire son propre territoire, est-ce vraiment souhaitable? Il y a de sots métier et de sales boulots. "Avoir du travail" n'est ni une valeur en soi, ni un argument politique valable.

Les italiens du Val Susa, qui s'opposent massivement au projet depuis vingt ans, n'ont pas cédé à ce chantage à l'emploi. Ils et elles continuent à affirmer que la beauté de leur vallée, que leur qualité de vie, n'est pas négociable.

 

"Il faut être réaliste: comment fait -on, maintenant, avec ces flux de marchandises?"

Ces flux de marchandises existent parce que nous leur avons donné les moyens de traverser les Alpes plus vite, pour moins cher, à de plus en plus d'endroits. Vingt millions de tonnes par an circulent aujourd'hui sur les camions en Savoie, mais le projet Lyon-Turin permettra d'en transporter quarante millions: l'objectif n'est dons pas de réduis le trafic mais bien de l'augmenter.

Dans sa logique d'emballement, le capitalisme ne mettra pas sagement les camions sur les wagons, mais profitera de cette infrastructure pour faire circuler encore plus de marchandises: nous aurons à subir le train et les camions.

Il faut être réaliste , oui: creuser un nouveau tunnel, c'est faire un cadeau de vingt milliards d'euros d'argent public aux grosses entreprises de BTP, pour que le système industriel dans son ensemble puisse continuer à gaspiller, à pourrir nos vies et à dévorer nos espaces.

 

"C'est un projet écologique, le train c'est moins pire que les camions"

Le percement du tunnel principal (53kms de long) implique dix à quinze ans de circulation de camions chargés de déblais, notamment de roches contenant de l'amiante et de l'uranium. Les descenderies de reconnaissance creusées en Maurienne ont déjà modifiée les écoulement des eaux dans la montagne, par exemple à Villarodin-Bourget.

Le train n'émet pas de gaz d'échap^pements, certes. Il ne pollue pas sur place, mais ailleurs et autrement: au fait, comment est produite l'électricité pour le propulser? Faire traverser les Alpes à des millions de tonnes de marchandises chaque années représente une dépense d'énergie colossale. Cela n'est pas, et ne sera jamais "écologique".

Le problème n'est pas les camions, c'est bien le transport. Pourquoi , au fait, toutes ces marchandises traversent -elles mes Alpes? Au profit de qui? Si ces millions de tonnes qui circulent nous rendaient plus heureux , ça se saurait non, depuis le temps?

Reporter le fret des camions sur le rail, c'est repeindre en vert l'absurdité capitaliste. C'est "gérer les nuisances" au lieu de les supprimer. C'est de "moins pire" en "plus efficace", accompagner la destruction durable de nos vies et de nos territoires.


"Les opposants sont contre tout, que proposent t-ils?"

Et le défenseurs du projet, que proposent t-ils donc?

Sacrifier le Val de Susa et la Maurienne à quinze ans de poussière et des millions de mètres cubes de déblais, pour que leurs habitants puissent ensuite y voir défiler la journée des containers sur des trains, content.e.s de contribuer ainsi à la sacro-sainte circulation des marchandises d'une Europe résolument moderne: capitaliste, compétitive et écologique.

Habitant.e.s désormais un corridor industriel entre les usines du nord et les ports du sud (et vice et versa) , se consolant sans doute d'un "avant, avec les camions, c'était pire". Avec quelques services publics en moins, parce qu'évidemment il n'y a plus d'argent dans les caisses, le tunnel a coûté plus cher que prévu....mais quand même, quelle fiereté , c'est le plus long d'Europe et "le chantier du siècle"!

Face à cet enthousiasmant projet de société, pas besoin d'aller chercher très loin pour trouver mieux.

Et si on relocalisait la production, au lieu de faire fabriquer l'essentiel et le superflu à l'autre bout du monde à "moindre coût" financier, mais au prix du désastre écologique et social?

Et si on s'inspirait des italiens.ne.s du Val de Suse, qui à travers leur lutte contre le projet (2) réinventent la cohésion de leur vallée et défendent la convivialité, la lenteur, et une certaine idée du vivre ensemble?

NI CAMIONS, NI WAGONS. HABITONS NOS VALLEES ET RESISTONS!

 

Quelques habitant.e.s des Alpes, février 2011.

 

(1) liste complète des arguments par Olivier Cabanel, à lire sur ce blog.

(2) sur la lutte No Tav ! en val de Susa, une brichure à télécharger ici: http://infokiosques.net/spip.php?article489

Partager cet article

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog no Tav Savoie
  •  Blog  no Tav  Savoie
  • : Blog du collectif de la lutte contre les grands projets inutiles dont le Lyon Turin
  • Contact

Recherche