Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 16:39

villarodin-bourget 0454 2110Villarodin-Bourget en haute-Maurienne est une commune de 500 habitant.e.s constituée de deux villages de part et d'autre de l'Arc, juste en amont de Modane. C'est ici qu'a été achevée en 2007 l'une des trois descenderies de reconnaissance pour le tunnel international de 57kms, le maillon central du projet de nouvelle liaison ferroviaire rapide entre Lyon et Turin.

 

Une pyramide de déblais et quatre ans de nuisances

 

Pour l'instant, l'entrée de la descenderie est un terre-plein bétonné et clôturé, complètement désert, en contrebas du village du Bourget en rive droite de l'Arc. On aperçoit également les 350 000 m³de déblais issus des 4kms de la descenderie, entassés en butte terrassée (relief particulièrement artificiel et voyant) juste en face, sur la rive gauche. Mais pendant le creusement du tunnel international (début prévu en 2013), ce sont 2,5 millions de m³ de déblais qui sortiront de l'ouverture, pour être déposés en rive gauche sur la zone dite « les Tierces ». Ce versant de bois et pâtures en pente douce, sera englouti sous l'équivalent d'une grande pyramide de Khéops de roches, étalées en une butte de 180 x 400m sur une hauteur moyenne de 30m. Il s'agira d'un des plus gros dépôts mauriennais issus du chantier Lyon-Turin, avec La Praz, St-Martin la Porte et Aiton.

 

Mais l'étude récente d'un expert-géologue remet en cause la pertinence de ce site pour le dépôt des déblais. A cet endroit en effet, le sol est constitué de gypse et d'anhydrite, des roches fragiles, solubles dans l'eau, présentant souvent des cavités souterraines. Pour le géologue, les études géotechniques précédentes (qui datent de 2000) n'ont pas du tout pris en compte le risque de « rupture profonde » du versant sous le poids des déblais, qui pourraient s'affaisser, ou pire glisser en aval et barrer la rivière.

Autre risque : l'unité de production des voussoirs en béton servant à étayer le futur tunnel, doit être construite juste à côté de la descenderie sur la zone plane dite « les Moulins », au bord de l'Arc. Or il s'agit de la seule zone-tampon hydraulique entre ici et Modane, permettant de réguler le niveau de l'eau en cas de crue. Construire cette usine suppose de bétonner, et de surélever le niveau du sol de 4m : cela supprimera à la fois une zone humide relativement sauvage en bord de rivière, et la protection des habitant.e.s de l'aval contre les crues.

Le chantier (4 ans minimum de creusement, puis l'équipement du tunnel) implique également bruit permanent, poussières des déblais balayant la vallée, et l'installation d'une nouvelle centrale électrique qui tournera en continu juste sous le village.

 

Fronde municipale

 

La commune a commandé cette contre-expertise géologique pour attaquer devant le tribunal administratif la déclaration d'utilité publique des travaux prononcée par la préfecture de Savoie en mars 2011.

En effet, Villarodin-Bourget ne veut tout simplement pas de ces déblais sur son territoire exigu et fragile, comme le rappellent les panneaux « Non aux déblais » qui fleurissent sur les balcons et les toits en lauze. La municipalité a aussi refusé toutes les « mesures de compensation » que proposent habituellement les promoteurs des grands chantiers, pour acheter les habitant.e.s.

Philippe Delhomme, conseiller municipal habitant au Bourget, explique : « Nous nous sommes rendus compte que les études d'impact commandées par LTF (Lyon-Turin Ferroviaire, maître d'oeuvre du chantier) pour la déclaration d'utilité publique étaient bidon, bâclées. Par exemple sur les Tierces ils n'ont trouvé quasiment aucune espèce rare. Or en parcourant la zone une journée avec un garde du Parc de la Vanoise, nous avons déjà trouvé 6 espèces de plantes protégées ! ».

 

Si la commune est si méfiante envers LTF, c'est aussi parce qu'elle a pu voir la société à l'oeuvre pendant le creusement de la descenderie : « Ils avaient dit que les déblais seraient évacués par bande transporteuse [NdR : comme pour le futur chantier], et finalement le système n'a pas marché et ils ont tout transporté en camions. Ils avaient promis de ne pas faire de tirs d'explosifs la nuit, et on se faisait sans arrêt réveiller. Ca tremblait de partout, et cela a provoqué des lézardes dans certaines maisons.», raconte Philippe.

 

L'eau confisquée

 

Et encore, ce n'est rien à côté d'une autre conséquence de la descenderie : le vol pur et simple des sources d'eau potable du Bourget. Ce tunnel trace en effet un arc de cercle à l'intérieur du versant dominant le village, interceptant au passage toutes les sources qui l'approvisionnaient. Mais plutôt que de restituer ces 60 L/s de bonne eau aux habitant.e.s, LTF a préféré financer une canalisation amenant de l'eau potable depuis la station de la Norma. Pourquoi garder cette ressource ? Car LTF aura besoin d'eau pendant le creusement du tunnel... Pour l'instant la société pompe et renvoie l'eau dans l'Arc. Le fera-t-elle encore quand l'eau sera chargée de particules, pour avoir servi au nettoyage et au refroidissement des tunneliers ?

Pour Philippe, « les conséquences de l'assèchement du versant sont très difficiles à prévoir, car cela se fera sur du très long-terme : modification de la flore, éboulements, mouvements de terrain... personne ne peut savoir. ». Il ajoute : « Ici, la plupart des gens se sentent peu concernés par la dégradation de l'environnement montagnard, ils ont du mal à la voir. Pourtant, et de plus en plus avec le développement du tourisme inter-saison, c'est de cet environnement qu'ils vivent! ».

 

Rappel : le projet Lyon-Turin est censé limiter les nuisances dues aux camions en Maurienne. Outre que le ferroutage est un alibi mensonger, le projet montre, ici à Villarodin-Bourget, son vrai visage : spolier les biens communs (eau, espaces naturels, qualité de vie et milliards d'euros d'argent public), au profit d'une minorité de bétonneurs et de technocrates.

 

 

(enquête du collectif NoTav-Savoie, décembre 2011)


Repost 0
Published by notav-savoie - dans Opposition Savoie
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 14:07

 

 

 

 

JEUDI 8 DECEMBRE 2011

 

à 10heures: rassemblement au stade de GIAGLIONE e alla gare de CHIOMONTE pour: LA VISITE GUIDEE DES ENCEINTES QUI ENTOURENT LE CHANTIER QUI N'EST PAS


à 10 heures: Rassemblement à la gare de SUSE pour un cortège qui arrivera à " l'auto porto " où l'on partagera en toute convivialité le repas, des assemblées populaires et évènements artistiques.

Au cours de la journée les cortèges de la CLAREA-GIAGLIONE viendront se rejoindre à l'auto porto pour donner vie à une longue NUIT BLANCHE A L AUTO PORTO E AUX ALENTOURS

SAMEDI 10 décembre à midi repas avec de la polenta et autre à la baita NO TAV de Clarea (dans la foret, cabanes dans les arbres) lieu du chantier

20h45: Avigliana rendez vous au théatre FASSINO, pour la SECONDE JOURNEE EUROPEENE CONTRE LES GRANDS PROJETS INUTILES

DIMANCHE 11 DECEMBRE dans l'après midi: GRANDE FETE AU PRESIDIO DE VENAUS

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Manifestations
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 21:23

23-octobre-0038_4106-copie-1.JPGUne participation nombreuse de l’assemblée populaire, le 24 novembre pour discuter des initiatives et des programmes prévus pour un mois de décembre sous le signe de la lutte. Le palais des congrès de Bussoleno (palanotav) était rempli de no tav qui pour trois heures se sont interrogés sur quel sera la meilleur tactique à employer dans la lutte « no tav ». La date du 8 décembre approche. C’est une date symbole pour le mouvement, qui chaque année remémore sa victoire à Venaus en 2005. Il y avait aussi des barrières et un chantier en devenir et aussi une bataille à faire qui vit sous la neige d’un hivers magique la fermeture temporaire du projet de train à grande vitesse pour au moins 5 ans. L’avancée de 2005 fut rude et maladroite et de ce fait, le gouvernement Berlusconi sur la pression médiatique et réel d’initiatives et de mobilisations populaire a dû céder et se replier sur des arguments techniques comme celui qui depuis est devenu l’observatoire extraordinaire pour le Lyon Turin présidé par Mario Virano.

 

Aujourd’hui à la différence de 2005, le lobby des affaires politiques et économiques qui veulent construire le Lyon Turin dans la val de Suse (mais aussi en Maurienne) est devenu décidément plus expert en mesurant et en étudiant le mouvement « no tav » pendant des années. Et c’est comme cela qu’on se trouva en face à un appareil d’occupation militaire qui n’a pas brillé par sa rapidité d’exécution de cette infrastructure (au jour d’aujourd’hui, aucun chantier n’a encore vraiment commencé et les terrains pour creuser le tunnel de reconnaissance sont encore tenu par le mouvement « no tav ») mais se montre déterminé pour maintenir en place une occupation militaire et cela pour que ça soit un symbole pour l’europe et l’opinion publique, une enceinte dans le val de Suse qui défend en mode réel la volonté supposée d’ouvrir les chantier.

 

Le 8 décembe 2011 arrive come cela après 6 mois de résistance dans la val Clarea à Giaglione, à Chiomonte où le mouvement « no tav » et les militaires s’affrontent quotidiennement dans un conflit réel, déterminé et pour une longue durée. Une résistance qui a comme objectif la résistance en tant que tel, résister et s’opposer chaque jour à la construction de cette infrastructure en faisant tous ce qui est possible et en usant de manière pragmatique toutes les énergies à disposition. Dans cette dimension continue se programme les initiatives et après des heures de discutions hier, le mouvement « no tav » a conclue de créer pendant cette journée une initiative double, une concentration qui se dirigera vers les enceintes et une à Suse qui se dirigera à l’autoport, zone où est le siège de la SITAF. Pourquoi la SITAF ? Cet société en parti publique est l’entreprise qui gère l’autoroute Turin Bardonecchia et qui de fait à ouvert les portes à la militarisation de Chiomonte en fournissant un couloir et la couverture technique pour le mouvement de troupe de Turin vers la Madeleine.

 

Dans les prochains jours, se multiplierons les réunions pour définir la logistique et le programme d’une journée importante qui se poursuivra dans les jours successifs avec des actions. Les débats et les assemblées profiteront d’un long pont festif qui durera jusqu’à dimanche 11 décembre.

 

Seguiranno quindi aggiornamenti a breve per i dettagli del programma.

 A rester vigilant pour la suite des opérations!

 

assemblée "no tav" du 24 novembre à Bussoleno

(photo no tav info)

traduit de no tav info.

 

 

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Val de Suse
commenter cet article
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 17:50

 

Jeudi 21 novembre à 21 h 00 se tiendra à Bussoleno l'assemblée générale des "no tav" avec comme ordre du jour, les initiatives contre la militarisation et la mobilisation pour le 8 décembre.

 

Rappelons que la mobilisation contre le Lyon-Turin ferroviaire est loin de s'essouffler dans le val de Suse. La manifestation du 3 juillet avait mobilisée 70 000 personnes (lien). Et le 23 octobre dernier, malgré les menaces, l'interdiction de manifester, le froid et la rudesse du terrain (courrir dans la forêt), il y avait presque 20 000 personnes (lien).

 

Un autre présidio est en construction près du stade de Giaglione, ce qui montre leur détermination pour résister à ce projet inutile (lien). Les deux seuls maires qui ont accepté le Lyon Turin dans la vallée (sur 24), ont des ambitions personnelles qui vont au dela de cette vallée. Notons la couleur politique de l'un d'eux si chèrement défendu par la classe politique rhône alpine : ligue du nord.

 

 Côté français, malgré la propagande des pro-Lyon-Turin qui est hégémonique dans la presse, un nombre de plus en plus élevé de personnes s'indignent contre cette supercherie et le gaspillage d'argent public alors qu'il existe déjà une voie ferrée (sous utilisée)  pour faire passer tout le fret (lien).Ce qui manque, depuis 20 ans, une vraie politique de ferroutage.

 

Les verts, floués à l'époque par les socialistes qui cherchaient à verdir ce projet et qui le portaient sont maintenant plus timorés puisqu'ils n'ont pas soutenu la dernière motion pro-Lyon Turin lors du vote au conseil régional fin septembre  (soutenu par le PS et l'UMP) 

 

Des comités "no tav" sont en train de se structurer à Chambéry, Grenoble, Lyon et ailleurs pour dénoncer l'hégémonie des productivistes, le gaspillage, et tous les dégats environnementaux que tous ces projets inutiles sont entrain de faire. On veut nous faire payer une croissance inutile qui ne profite qu'aux riches.

 

 

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Val de Suse
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 18:17

23-octobre-0147_4215.JPGProportionnellement aux estimations du Lyon Turin, les collectivités locales devront en prendre une partie à leur charge 923 millions d'euro..

La région Rhône Alpes s'est proposé d'investir dans ce tunnel  646 millions d'euro. (lien dauphiné libéré) pour un supposé coût du projet de 7,7 milliards d'euro pour la France. Les estimations du projets, en constantes augmentations sont à chaque fois à revérifier (lien).

Pour palier à la difficulté d'emprunter, difficulté qui augmentera au fur et à mesure que la crise prendra de l'ampleur, la région a proposé de lancer un emprunt obligataire de 100 millions d'euro (lien).

 

Une interrogation se pose. Comment feront nous pour rembourser ces emprunts tout en sachant qu'il faudra rembourser le capital mais aussi les intérêts. Ne devrons nous pas investir cette argent dans des projets de protection social, notion qui fait de plus en plus cruellement défaut plutôt que sur un projet dont le but est  rapporterque des dividendes aux actionnaires d'Eiffage et consorts ?

 

Comment feront les autres collectivités locales pour payer les 177 millions d'euro manquant ? En tout cas dans ce calcul, l'état accepte de payer 6,7 milliards d'euro. Ce qui est sûr, c'est que cet argent est pris au dépend du social et de l'éducation.

 

Alors qu'on arrête pas de nous dire qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses, l'exemple du Lyon Turin mais aussi de l'aéroport notre dame des Landes (lien) nous prouve le contraire.

 

 

23-octobre-0092_4160.JPG

 Manifestation le 23 octobre contre l'austérité.cette austérité est d'autant plus mal vécu que les grands projets ne sont pas eux touché par l'austérité. Pourquoi mettre des milliards dans un projet qui ne sert à rien ? (lien)

 

23-octobre-0189_4257.JPG

occupation militaire du val de Suse. (policiers dans la forêt de Giaglione)

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 12:26

23-octobre-0165_4233.JPG

 

Communiqué de presse "no tav" de la vallée qui résiste

 

 

mais ne se rend pas du 10 novembre 2011

 

mouvement "no tav", une garantie pour le future 

  

 

Un gouvernement moribond déclare la guerre aux citoyens

  

La militarisation de la vallée de suse par la loi, le dernier acte

 

 

  

Le dernier acte d’un gouvernement moribond , avec l’aval de l’opposition est un décret qui formalise l’état de militarisation de la vallée de Suse.

 

Le chantier -fortin de la Madeleine deviendra un site d’intérêt stratégique national, donc, de ce fait une aire militarisée avec tous les effets, avec les conséquences prévus par l’article 682 du code pénal : une peine de trois mois à un an et une amende de 51 à 309 euros pour ceux qui pénètrent dans cette endroit.

  

Non seulement.

 

 Les déblais (la roche extraite de la galerie), qui contiendront de l’amiante, de l’uranium, des produits chimiques liés au processus d’extraction, deviendra des matériaux ordinaires par la loi, grâce à un formulaire simplifié avec des retombées sur tous les projets de « grandes infrastructures inutiles » sur le territoire national, l’énième cadeau aux mafias du ciments.

  

Une lourde attaque sur la liberté de manifester et de contredire, un signal donné aux valsusins pour que tous les autres l’entendent : Rien ne s’opposera à la manœuvre.

Les soldats dans les chantiers, décrets d’urgences, financiarisation dans les larmes et le sang : défendre les intérêts d’un petit nombre aux dépends de la majorité.

 

L’état de mobilisation permanente déclaré en mai dernier se poursuit donc et, en riposte à l’approbation du décret qui formalise la militarisation commencée de fait le 27 juin, le mouvement « no tav » répondra avec une initiative de protestation et de désobéissance civile qui concernera tous les territoires qui vont de la val de suse au val sangone en passant par Turin.

 

Toutes les couleurs qui s’opposent aux infrastructures dévastantes et à un futur de précarité et de misère sont invitées à se mobiliser sur tous le territoire national pour donner un message fort et clair : a sarà dura!

  

Non aux grandes infrastructures inutiles et dévastantes !

  

Oui aux petits projets utiles pour défendre l’environnement!

  

  1989 - 2011, 22 ans d'opposition au projet de ligne ferroviaire Lyon Turin

 

23-octobre-0086_4154.JPG

 

   

Movimento NO TAV

 

 

Una garanzia per il futuro

 

 

www.notav.info      - www.notav.eu   -   www.notav-valsangone.eu    -   www.notavtorino.org   

www.ambientevalsusa.it    -   www.lavallecheresiste.info    - www.spintadalbass.org

 

Comunicato Stampa

 

dalla valle che resiste e non si arrende, 10 novembre 2011

 

 

UN GOVERNO MORIBONDO

 

 

dichiara guerra ai cittadini

 

 

LA MILITARIZZAZIONE della val susa per legge, l’ultimo atto

 

L'ultimo atto di un governo moribondo, con l'avallo dell'opposizione, è un decreto che formalizza lo stato di militarizzazione della Val Susa.

Il cantiere-fortino della Maddalena diventerà un "sito di interesse strategico nazionale", cioè un'area militare a tutti gli effetti, con le conseguenze previste all’art. 682 del c.p. per chi lo vìoli:

 

una pena tra i tre mesi e l'anno oppure una multa da 51 a 309 euro.

Non solo. Lo smarino (la roccia estratta nello scavo delle gallerie), anche se inquinato da amianto, uranio, prodotti chimici legati al processo di estrazione, diventerà materiale ordinario per legge, gli iter progettuali delle semplici formalità, con ricadute su tutti i progetti di "grandi opere inutili" sul territorio nazionale, l’ennesimo regalo alle mafie del cemento.

Un pesante attacco alla libertà di manifestare e di dissentire, un segnale dato ai valsusini perché tutti gli altri lo intendano: nessuno disturbi i manovratori.

Soldati nei cantieri, decreti d'urgenza, finanziarie lacrime e sangue: difendere gli interessi di pochi a scapito dei molti.

Prosegue, dunque, lo stato di mobilitazione permanente dichiarato lo scorso maggio e, in risposta all'approvazione del decreto che formalizza la militarizzazione iniziata di fatto il 27 giugno, il Movimento NO TAV risponderà con iniziative di protesta e disobbedienza civile che coinvolgeranno tutto il territorio che va dalla Val Susa alla Val Sangone a Torino

Tutti coloro che si oppongono alle opere devastanti e ad un futuro di precarietà e miseria sono

invitati a mobilitarsi in tutto il territorio nazionale per dare un messaggio forte e chiaro: a sarà dura!

 

 

 

No alle Grandi Opere Inutili e Devastanti !

 

 Sì alle Piccole Opere Utili a Difesa del Suolo e dell'Ambiente !

 

1989 - 2011, 22 anni di opposizione popolare alla nuova linea ferroviaria Torino – Lione

 

Repost 0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 23:10
 
Débat pour ou contre le Lyon Turin (si tav/no tav) le 04 novembre à l'université de Turin (fondée en 1405 par Louis de Savoie Achaie).
 
23-octobre-0037_4105.JPGDébat public sur l'opportunité de la nouvelle ligne ferroviaire Lyon Turin.
Avec : Le professeur Carlo Albeto Barbieri (université de Turin), membre deobservatoire de la nouvelle ligne feroviaire Lyon Turin
le professeur Marco Ponti (université de Milan, département de l'architecture)
le professeur Angelo Tartaglia (université de Turin, département de physique) membre de l'observatoire sur le Lyon Turin.
le professeur Mario Villa (université de Turin, département de transport et d'infrastructure civile), membre de l'observatoire sur la nouvelle ligne Lyon Turin.
Le docteur Beppe Rovera, modérateur, journaliste sur la RAI 3 et conducteur de la mission environnement Italie.
  
Ce débat propose d'abord les arguments de Tartaglia sur la valididité financière du Lyon Turin. Il rappelle brievement son coût pour dire que l'équilibre financier de cette ligne sera atteind par 20 000 passagers par jour et 50 millions de tonnes de marchandises par an. Il y a actuellement 2000 passagers/jours et 2,9 millions de tonnes par an de marchandise. Ces chiffres sont et seront en stagnation.
 
Il nous remémore les prévisions de trafic mis en lien avec la réalité (schéma). la courbe haute, les prévisions et la basse, la réalité. Prévisions 1997, puis 2004 (idem) enfin maintenant (idem)
le tableau montre le trafic avec la france, la suisse et l'autriche. Et avec la france, le trafic sur route était de 37,8 millions de tonnes et il est de 35,3 millions de tonnes. le total du trafic est passé de 45,3 à 38,1 millions de tonnes.(Mont Blanc, Fréjus, Vingtimille et cols)
 
Les flux qui augmentent sont ceux qui vont des ports aux pays qui n'ont pas de ports et qui sont en fortes croissances (pays de l'est). Car les biens viennent de Chine. L'italie et la france sont des économies mûres. Les gens se sont déjà tous équipés en biens. Ils n'ont besoin que de renouveler leur matériel. Ce qui va en France passe par les ports français et ce qui va en Italie par les ports italien. Le trafic par les alpes occidental est essentiellement régional.
 
Les prévisions disent que le pétrole va augmenter, que les matières premières vont augmenter et que la nourriture va augmenter. De plus on va vers une instabilité financière et des marchés. Donc il y aura une relocalisation de l'économie par une austérité et une diminution des flux.
 
23-octobre 0023 4091

manifestation du 23/10/2011 à Giaglione

 

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 15:35

Décidément, le petit Val de Suse suit de très près la destinée de la palestine. Après le train (voir "stop that train"), vient le temps du "mur de la honte". En effet, LTF a décidé d'entourer le pseudo-chantier par un mur de béton de 3 mètres d23-octobre-0248_4316.JPGe haut.

 

 

Le site du pseudo chantier de la Maddeleine occupe une aire de 5 hectares comprise entre les communes de Chiomonte et de Giaglione. Cependant, rappelons qu'il manque 1,5 Ha pour commencer les travaux, 1,5 hectare qui sont toujours à des propriétaires privés dont les no tav (lien) et qui ne désirent pas vendre.

 

 

La décision de faire un mur de béton a été prise par LTF suite à la manifestation du 23 octobre qui dit qu'il sera plus difficile de démolir une enceinte de béton que de couper des grillages. Cela devrait réduire le nombre de policier actuellement en place pour défendre le pseudo-chantier. LTF souhaite que les condamnations contre ceux qui entreraient dans le chantier soit plus lourdes (prison et forte amende).

 

 

LTF souhaite que l'état décide que soit déclarer stratégique les 1,5 hectares encore manquant pour simplifier les mesures d'expropriations. Ils pensent aussi faire signer un décret d'urgence d'utilité publique par la préfecture de Turin.

 

 

Tous cela pour que les sondages et le chantier démarre en novembre. La première action concrète de ce chantier sera le renforcement des piles du viaduc autoroutier sur la Clarée.

 

Du coté français, il est prévu une autre descenderie du coté de saint martin de la porte. Celle ci n'avait pas été prévu et donc son cout devra se rajouter aux estimations précédentes.

 

source : la republica du 4 novembre (lien)

 

 

Rappelons que le Lyon Turin est plus que jamais sur la sellette suite à la crise financière et à l'impossibilité de l'Italie de contracter de nouveaux prêt (l'endettement de l'Italie est de 115% de son PIB contre 80 % pour la France). Même si la France a accepté de prendre en charge environ 300 millions d'euro que devait l'Italie (42,1 % - 37 % = 5,1 % de 10.3 milliards d'euro du tunnel de base - 20/30% de fond européen), l'Italie ne pourra pas payer les 57,9% du tunnel de base plus la partie italienne.

 

 

C'est pourquoi les no tav  dénoncent une mascarade inutile qui ne fera qu'augmenter la dette et donc une dépense d'argent publique non seulement inutile mais inadmissible en ces temps de crise.

  

nous dénonçons aussi la construction d'un ouvrage d'art et des mesures dont le but est de faire appliquer des décisions autoritaires par la force et la contrainte. Ces agissements ne sont pas celle d'une démocratie respectueuse des peuples.

 

Est ce qu'un mur de béton de 3 m de haut entourant une aire de 6,5 hectares valorise l'environnement ? Pour un chantier qui se dit respectueux de l'environnement....

 

23-octobre-0184_4252.JPG manif du 23 octobre à Giaglione

 

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Val de Suse
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 15:01

Grande manifestation contre une autre infrastructure inutile : l'aéroport notre dame des Landes. Samedi 12 novembre à Paris, 10h30- porte d'Orléans

 

Rappelons que cette infrastructure ne sert à rien car indépendament d'être pour ou contre, il existe déjà un aréoport.

 

Cet aéroport comme le Lyon Turin coutera des milliards d'euro, argent qui augmentera la dette et sera pris sur le social.

 

lien de l'acipa

 

Affiche Tracto-Vélo 2011

 

voici le récit de la déléguation no tav qui est allée soutenir les manifestants contre la construction de l'aéroport

notre dame des landes (lien)

 

 

 

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Manifestations
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 12:27

23-octobre-0102_4170.JPG

Dans un contexte de crise économique où l'argent public se fait de plus en plus rare (lien)

(actualité sur le remboursement de la dette de la Grèce),

un flou concerne le coût de l'infrastructure ferroviaire appelée Lyon Turin.  

Il est important d'essayer d'y voir un peu plus claire.

 

Le coût peut être répartit en 3 voir en 4 tronçons du fait des divers aspects du projet:

aspect TGV voyageur, aspect fret, aspect international, et aussi aspect transalpin-sous les Alpes- qui en complique souvent la compréhension.


1) La partie dite du "sillon alpin" voyageur elle comprends le tronçon entre lyon et Chambéry,

2) La 2e partie voyageur de Chambéry à ST jean de maurienne + fret Lyon-St Jean de Maurienne (avec encore des subdivisions...). C'est la partie dite " partie française".

3) La partie internationale elle part de St jean de maurienne et va jusqu'à "Bruzzolo" (val de Suse) mais avec le changement du tracé,  va désormais jusqu'à "St Michel la Cluse" ou  Chiusa san Michele (val de Suse).

4) Enfin la partie dite " italienne" qui  va jusqu'à Turin (inclu). 

 

 Il faut parler des coûts d'investissement mais aussi de fonctionnement. Nous ne parlerons ici que des coûts d'investissement.

Quand LTF parle du coût de la transalpine, il ne parle que de la partie internationale. Quand au financement de l'Europe il ne s'agit que de  20 % d'aide au financement concernant la seule partie internationale. En outre cet apport de l' Europe, c'est aussi l'argent de la France puisque la France contribue largement au budget européen.

Cet argent ne pourrait-il pas  être mieux investi ? comme dans des projets d'éducations, de cultures ou sociaux (voir aussi d'aide au développement des pays émergents).

 

Evolution des chiffres pour le projet (on parlera de milliards d'euro pour simplifier) :

 

En  2001 et 2003, le projet était estimé entre 11 et 12,5 milliards d'euro (lien enpc), (le monde du 9/12/2005  reprend ces chiffres), (senat.fr), qui se divisaient comme ceci :

 

-3 milliards pour le sillon alpin.       pour le sénat : 1,8 +0,915 + 0,61 +1,77 (sillon alpin + maurienne)

-1 milliards pour la maurienne

-5 milliards pour le tunnel international      pour le sénat : 2,775 pour la France + 2,775 pour l'italie

-2 milliards pour l'Italie                            pour le sénat : idem

 

En 2005, 2007, nous observons une évolution :

 

Tous reprennent les 12,5 milliards d'euro d'évaluation mais les estimations les plus réalistes montent à 15 milliards d'euro ( site de la région Rhone Alpes). Rémy prudhomme plus réaliste parle de 16 milliards . qui se répartissent comme ceci :

-partie française :         6,5 milliards d'euro

-partie internationale : 6 milliards d'euro

-partie italienne :           2 milliards d'euro

 

Entre 2009 et 2011, une deuxième évaluation des coûts :

On passe de 15 à 20 et 25 milliards d'euro :

-La gazette des communes du 29/09/2011 parle d'un coût total entre 15 et 20 milliards d'euro

-Idem pour FR3, les échos du 28/09/2011 parle de 23,6 milliards d'euro d'estimation.

-le Progrès du 29/09:2011, lui parle de 24 milliards d'euro.

Même les opposants ne prévoyaient pas un réajustement des estimations aussi haute (notav.eu parle de 20 milliards) alors que tous sont unanime pour dire que l'estimation la plus juste se situe plus vers 25 milliards que 20.

Nous voyons dans cette observation qu'il est très difficile de chiffrer une infrastructure. Attac Savoie a fait un tableau comparatif avec euro tunnel qui était estimé à 7,5 milliards d'euro et en a coûté 16.

 

Evolution sur la partie internationale.(Une partie du Lyon Turin : le tunnel de base) 

 

Voyons ses estimations : de 5 milliards d'euro en 2001

-la préfecture de Savoie en 2004 a annoncé un coût de 7 milliards d'euro

-la transalpine : (le 01/06/2007), parle de 7,6 milliards d'euro

-le magazine challenge lui en 2011 parle de 8,2 milliards d'euro

ainsi que le medef (mais on n'a pas de date)

-la transalpine.com parle de 8,5 milliards d'euro en estimation 2010

-Quand à LTF sur son site pour 2009 fait une estimation à 9, 975 milliards d'euro pour la partie internationale 

-Enfin,Enviscopedans un article du 4/10/2010 estime ce coût à 10,3 milliards d'euro


 La complexité du coût : entre estimations, sénarios de financements, et tronçons de projet

La progression des estimations ainsi que le morcellement du tracé entre les différentes parties, et entre le deux pays ainsi que les sources de financements entretiennent un grande confusion.

C'est pourquoi il est fréquent de trouver des estimations de 2003 sur des articles de 2011. Ainsi qu'une indication du coût du Lyon Turin alors que les chiffres ne sont que pour le tunnel de base. Dans certains articles, ils parlent d'un coût d'environ 2 milliards d'euro. Comment font ils ? Il suffit de prendre un ancien chiffre du tunnel de base (prenons 9 milliards pour simplifier) auquel ils soustraient la contribution de l'europe (ils prennent de 30 à 50 % alors que l'europe en paiera 20. prenons en 30)

9 - (30% x 9) =6. puis ils divisent par les parts respectives : (avant, c'était 37 % pour la france maintenant 42,1%) et on obtient 2,3 milliards d'euro. Alors que coût pour la France est :

23.6 - 10.3 + 3.4 = 16,7 milliards d'euro ( et pas avec les estimations les plus hautes) sans les intérets et avec le financement européen.

 

Coûts réels:réalité des conséquences de l'endettement croissant

Entre 2001 et 2011, les estimations ont doublées alors que le chantier en est quasiment encore à sa phase d'études.

-Pour un coût total projet on passe de 11 milliards,  à 24 / 25 milliards .

- Pour la partie internationale proprement dite on  passe de 5 à 10,3 milliards entre 2001 et 2011
- Sur la même base nous pouvons donc oser une estimation jusqu'en 2021 (le chantier est sensé durer plus de 10 ans): Nous passons de 25 milliards à 50 milliards et le tunnel proprement dit à 20 milliards.

 

Ces coûts ne prennent pas en compte :

-Le Coût de la présence de la police qui "barricade" le chantier (90 000 euro / jour), environ 500 policiers  . -Ni plus important, le coût des intérêts (lien)  car la majeur partie de l'infrastructure sera financée par un prêt.


Cela  nous amène à considérer notre endettement et de réfléchir lucidement si il n'y a pas mieux à faire que de ruiner deux états pour une infrastructure inutile (lien).

 

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article

Présentation

  • : Blog no Tav Savoie
  •  Blog  no Tav  Savoie
  • : Blog du collectif de la lutte contre les grands projets inutiles dont le Lyon Turin
  • Contact

Recherche