Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 02:03

lacrymo-24-07 0384 2040Le 17 septembre, c'est la journée du patrimoine.

Et que voyons nous sur les brochures ?

Une exposition permanente sur le Lyon Turin ferroviaire à Modane. Le patrimoine se situe dans la catégorie de la culture.

 

Si le terme "culturel" peut recouvrer de larges significations, "le projet Lyon Turin ne semble pas pouvoir être qualifié de projet culturel proprement dit. Il relève plutôt de l'infrastructure de transport voir de l'aménagement du territoire. Cette instrumentalisation de la culture sert à légitimer le Lyon Turin".

 

source : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:FT9gga8XB-UJ:www.lama.univ-savoie.fr/~vuillon/Lyonart.ps+financement+du+centre+d'exposition+lyon+turin+de+modane&cd=15&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

 

La confusion volontaire entre information sur le projet et promotion du projet indique l'assignation de la culture à une fonction de production du consensus.

L'existence d'une gestion culturelle du Lyon Turin et la nature de cette gestion prouve que les élus locaux cherchent à éviter les controverses et peinent à les percevoir comme un enrichissement de la démocratie.

 

le discours performatif vise à modeler un imaginaire dans lequel il existe  comme une évidence prête à être défendu comme telle à l'échelon local.

 

17 septembre 2011, Modane, musée de la propagande pour un projet inutile.

 

 

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 10:43

juin 0400Le premier ministre François Fillon a demandé à l'opposition de voter la loi sur la règle d'or, c'est à dire de limiter les dépenses publiques pour ne pas que l'état soit en déficit. Mme Alliot Marie a même expliqué à la télé les avantages et le raisonnable d'une gestion saine, qu'on ne pouvait pas se permettre des dépenses au delà de nos moyens, faisant ainsi référence aux règles de bon sens d'un bon père de famille traditionnelle.

 

Dans le même esprit, je suggère à la Majorité mais aussi à la Minorité, d'appliquer la règle d'or à propos de tous les projets inutiles et infrastructures inutiles qui grèvent de façon exorbitante les finances publiques.

 

Pour la seule ligne du Lyon Turin, cela représenterait une économie de 25 milliards d'euro (lien). Et en plus, ce projet est uniquement financé avec de la dette publique! Quel beau cadeau pour les générations futures!

 

Et le Lyon Turin ne représente que la partie émergée de l'iceberg des dépenses publiques pour les projets et infrastructures inutiles!

Citons quelques exemples parmi les plus connus comme l'aéroport Notre Dame des Landes vers Nantes, les lignes LGV en projet, les jeux olympiques (lien), la construction des stades de foot pour 2016 (lien) (1 milliard d'euro minimum), des zones commerciales à n'en plus finir, des routes sans cesse creusées pour être rebitumées, autoroutes faites et refaites,  la liste  est loin d'être exhaustive....

 

Quant à ceux qui prétendent que ces travaux génèrent de l'emploi, cet argument est infondé (lien)

 

pour finir, il faut ajouter toutes les subventions directes ou indirectes des collectivités publiques aux entreprises: cela représente aussi des milliards d'euros!

 

Après tout ces exemples, on parle encore et toujours des dépenses publiques uniquement pour supprimer le social !?!?!

INJUSTICE! 

 

 

 

 

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 22:16

Texte pour le  bien commun

 

les citoyens, les forces politiques actuelles qui sont de gauche, sentent le besoin d'exprimer leur désaccord au niveau du débat ouvert, surtout entre les forces qui doivent construire l'alternance au lendemain de la manifestation "no tav" de dimanche à Chiomonte.

 

La majeure partie de l'opinion italienne aujourd'hui ignoreque ce dimanche en val de suse a eu lieu la plus grande manifestation populaire d'opposition à un chantier publique dans l'histoire de la république italienne. Des dizaines de milliers d'hommes et de femmes, habitants dans la vallée  ou en provenance de tout le pays (et d'ailleurs) se sont retrouvés unis, dans la diversité idéologique pour dire un non à l'exécution avec un pilote automatique, d'une oeuvre publique qui a été conçu à une autre époque politico historique très loin de celle où nous vivons actuellement.

Une oeuvre pharaonique, fille d'un modèle de développement énergivore et démesuré pour lequel il n'y avait pas de fond et qui va certainement infliger une grande souffrance à la population du val de Suse.

La grande crise économique de 2008 et la campagne référendaire contre le nucléaire et la privatisation de l'eau ont constitué un changement qui indique la nécessité de changer de modèle de développement. Le consensus de Washinghton n'est plus en mesure de présenter un modèle de développement soutenable et acceptable.

La ténacité de la vallée de Suse contre le Lyon Turin à une grande signification : la conscience populaire a été capable de se ralier dans tout le pays et a montré un réel intéret pour le bien commun . Elle a été capable de conquérir l'hégémonie du pays comme l'a montré le référendum.

 

Il existe aujourd'hui une discrimination entre ceux qui soutiennent qu'un autre monde basé sur le partage et la reconnaissance des biens communs est possible et ceux qui par incapacité intellectuelle pour interpréter le changement de la société, se retranchent derrière des décisions autoritaires qui loin d'être réalistes, apparaissent dans l'actuelle situation économique et écologique, toujours plus velléitaires.

 

Celui qui sera candidat pour diriger l'Italie après Berlusconi et qui cherche le vote populaire de la gauche devra se faire une raison de ce changement  de sensibilité du peuple souverain et doit savoir l'interpréter politiquement.

 

Interpréter les faits de la Val Susa dans la logique autoritaire pour isoler les forces politiques les plus sensibles à la nécessité d'affronter radicalement la crise et l'alternative avec un  grand  plan écologique du territoire constitue une erreur politique très grave qui fait le jeux de la droite et risque de contribuer à réduire les espaces de liberté et de protestation dans lesquelles doivent se nourrir chaque démocratie surtout dans l'incertitude de la crise.

 

Ainsi, notre appel, invite les forces politiques à organiser et se rendre à une marche aux flambeaux le 8 juillet 2011 à Turin de Piazza Arbella à Piazza Vittorio pour représenter le mouvement du bien commun.

 

Fiaccolata-8-luglio-11-notav-benecomune.jpg

photo de la retraite au flambeau du 8 juillet 2011 à Turin

  

texte originale :

prenotazione pulman partenza Bussoleno ore 19.30 con fermate lungo la valle a richiesta: La Credenza (dalle 18.00 ) 012249386 Mimmo 3472782814 Silvano 3386086915 .

NO TAV     BENE COMUNE

 

 

I sottoscritti, cittadini ed esponenti indipendenti di quell’area politico-culturale che ancora si indica come sinistra, sentono il bisogno di esprimere il loro sconcerto rispetto al livello del dibattito apertosi, sopratutto tra le forze che dovrebbero costruire l’alternativa, all’indomani della manifestazione No Tav di Chiomonte.

La maggior parte dell’opinione pubblica italiana ad oggi ignora che domenica in Val di Susa si è svolta la più grande manifestazione popolare di opposizione ad un opera pubblica nella storia della nostra Repubblica. Decine di migliaia di donne e uomini, abitanti della Valle e proveniente da tutto il paese, si sono ritrovate unite, pur nella diversità di ideologia, per dire un no deciso all’esecuzione “con pilota automatico” di un’opera pubblica concepita in un momento storico-politico quanto mai lontano da quello attuale. Un’opera  faraonica, figlia di un modello di sviluppo energivoro e superato, per la quale non ci sono i fondi, e che certamente infliggerebbe un’inaudita sofferenza alla popolazione della Val di Susa.

La grande crisi economica del 2008 e la campagna referendaria contro il nucleare e la privatizzazione dell’acqua costituiscono cambiamenti “al contorno” che indicano la necessità di invertire la rotta rispetto a un consenso bipartisan (quel famigerato Washington Consensus) che non è più in grado di proporre un modello di sviluppo sostenibile ed accettabile. La vertenza della Valle di Susa contro la TAV e il grande consenso popolare che è stata capace di raggiungere in tutto il paese mostrano come la sensibilità per i beni comuni, categoria politico-giuridica feconda e di grande significato, sia stata capace di conquistare l’egemonia del Paese come dimostra l’esito referendario. Esiste oggi un discrimine fra chi sostiene che un diverso mondo, basato sul pieno riconoscimento dei beni comuni, è possibile e chi, per incapacità culturale di interpretare il cambiamento della società, si trincera dietro un decisionismo autoritario che, lungi dall’essere realista, appare, nell’attuale situazione economica ed ecologica, sempre più velleitario.

Chi si candida a guidare l’Italia del dopo Berlusconi cercando i voti del popolo della sinistra deve farsi una ragione di questo cambio di sensibilità del popolo sovrano e saperlo interpretare politicamente. Al di là ed oltre importanza di accertare ogni responsabilità per gli atti violenti in tutte le sedi istituzionali a ciò deputate, Interpretare i fatti della Val di Susa nella mera logica dell’ordine pubblico, per isolare le forze politiche più sensibili alla necessità di affrontare radicalmente la crisi e l’alternativa con un grande piano di ecologia del territorio, costituisce un errore politico gravissimo che fa soltanto il gioco della destra e rischia di contribuire a ridurre gli spazi di libertà e di protesta di cui deve nutrirsi ogni democrazia sopratutto nell’incertezza della crisi.

Questo nostro appello invita le forze politiche che vorranno accoglierlo ad organizzare per Venerdì 8 luglio alle ore 21 una grande fiaccolata per rappresentare il movimento del bene comune da Piazza Arbarello a Piazza Vittorio.

Giorgio Airaudo (Segr. Naz. Fiom) , Ugo Mattei (Giurista Ord Univ To), Livio Pepino (Magistrato), Marco Revelli (Storico Ord Piermonte Orientale), Alfio Mastropaolo (Politologo Ord. Unv To), Elisabetta Grande (Giurista Ord. Piemonte Orientale), Guido Viale (Economista), Guido Ortona (Economista Ord Unv Piemonte Orientale), Michele Curto (Capogruppo Sel Città Torino) Paolo Hutter (giornalista) Federico Bellono (Segr.Fiom Torino), Massimo Zuchetti (Fisico Nucleare, Ord. Politecnico), Tony Manigrasso (Segr.Naz.le Partito Umanista), Angelo Tartaglia (Ingegnere, Ord. Politecnico), Monica Frassoni (Pres.Verdi Europei), Luca Mercalli (Pres. società metereologica italiana), Luciano Pregnolato (Lavoro e Libertà)

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 17:39

courrier international du 18.05.11

 

Un Humoriste qui ne fait pas rire Berlusconi

 


Lors du premier tour des élections municipales, le Mouvement des 5 étoiles, mené par le comique Beppe Grillo, a créé la surprise. Il est apparu comme un acteur décisif du second tour. Mais à qui profiteront ses voix ? 

18.05.2011 | Antonin Lambert | Courrier international

Beppe Grillo, 7 mai 2011 - Certains droits réservés par Giovanni Favia

Beppe Grillo, 7 mai 2011 - PaternitéPartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés parGiovanni Favia

Les abstentionnistes et le "troisième pôle" (coalition de centre droit) ne sont plus les seuls à déterminer l'issue des élections municipales dans les villes italiennes en ballottage après le premier tour. Il faut maintenant compter avec le nouveau parti de l'ancien comique et militant politique Beppe Grillo, appelé Mouvement des 5 étoiles. Né à la fin de 2009, ce dernier est arrivé en troisième position dans presque toutes les villes en lice, jusqu'à atteindre l'exploit d'un score à deux chiffres à Bologne, souligne le quotidien de gaucheLa Repubblica. Sur son blog, le leader du jeune mouvement ne fait aucune concession : "Nous ne rejoindrons personne, droite et gauche sont identiques [...], nous ne donnons et ne donnerons pas d'indication de vote".

Au contraire, "nos électeurs seront libres de choisir pour qui ils voteront. Nous ferons des requêtes auprès des candidats", affirme Mattia Calise, candidat milanais de 20 ans, au journal de droite Il Corriere della Sera.Cette réaction répond directement à l'appel à peine masqué et agacé de Luigi Bersani, leader du centre gauche, à rejoindre leurs rangs contre la majorité berlusconienne. "Je me tourne vers vous de manière amicale mais ferme : il est l'heure de sortir de l'enfance et de faire des choix", annonçait-il le 16 mai après l'annonce des victoires de la gauche dans la plupart des scrutins.

Le Mouvement des 5 étoiles s'appuie sur un programme politique simple mais complet, autour des cinq axes que représente son symbole : l'environnement, l'eau, le développement, la connectivité et les transports. Partant de ces thèmes, leurs idées sont résumées dans "un court programme de treize pages traitant de l'Etat et des citoyens, de l'énergie, de l'information, de l'économie, de la santé et de l'éducation", précise le quotidien de Florence La Nazione. Si droite et gauche sont renvoyées dos à dos, force est de constater que la politique gouvernementale est clairement dénoncée dans les domaines du welfare [bien-être], et que le programme ressemble à un manifeste citoyen contre un monde politique corrompu. "Nous sommes avant tout des citoyens découragés par les partis politiques, victimes d'une politique face à laquelle nous nous rebellons, tentant de mettre en œuvre une véritable révolution. Les partis se sont substitués à la volonté populaire et soustraits à son contrôle et à son jugement", dénonce le militant Giacomo Gori dans La Nazione.

Désormais, les formations politiques classiques vont devoir composer avec cette nouvelle force, qu'on pourrait qualifier de "Lega de gauche", affirme Il Giornale, en référence à la Ligue du Nord (parti d'extrême droite régionaliste). "Des thèmes simples typiques de l'antipolitique. C'est pour cela qu'à juste titre de nombreux observateurs ont associé la croissance du Mouvement des 5 étoiles à celle de la Ligue du Nord", insiste le journal.

Reste maintenant à savoir qui des candidats en ballottage de la majorité ou de l'opposition de centre gauche sauront le mieux intégrer les revendications des grillini [du nom de Franco Grillini, porte-drapeau du mouvement homosexuel italien] à leur programme, et recueillir les voix qui se sont auparavant détournées des mouvements politiques traditionnels.

 

À LIRE ÉGALEMENT
• Pas de miracle à Milan pour Berlusconi - Corriere della Sera
• Municipales à Milan : un revers pour Berlusconi La Repubblica
• Ballet de supporters autour de Berlusconi - L'Espresso
• Une réforme judiciaire qui sied à Berlusconi - La Repubblica
• Le procès du Rubygate reporté - La Repubblica
• “Tout va très bien, merci, Berlu !” - Courrier international
• Berlusconi fait son show au tribunal - Il Fatto Quotidiano
• Un mal qui contamine tous les partis - Il Sole-24 Ore
• Les ambitions de Beppe Grillo
• Des "poésies inciviles" contre Berlusconi
• Berlusconi : même pas mal ! - Il Giornale
• Sans dirigeant, point de salut ? - La Stampa
• Berlusconi n'abdique pas
• La défaite de Berlusconi le nombriliste - Libero
• La Ligue du Nord maintient son soutien à Berlusconi - Il Giornale

lien de l'article original du courrier international: link
Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 14:44

 

 

Rappel historique

Le projet Lyon-Turin issu du "schéma directeur des liaisons ferroviaires à grande vitesse" a été approuvé en décembre 1990 par le Conseil des Ministres de la C.E . C'est en 1997 que le Ministère des Transports, décide un volet de fret ferroviaire face au trafic de poids lourd passé de 1000/j en 75 à 4000/j en 1993 au Mont Blanc et Fréjus.

 

Politiques néo-libérales:

D'après ses promoteurs, le Lyon Turin doit :

"permettre la croissance des échanges Ouest-Est du Sud de l'Europe en passant par le Sud de la France et l'italie vers l'Est dans le cadre de l'élargissement de l'Union, en contribuant à la réalisation du corridor n°5 Lisbonne-Kiev."

(Dossier Lyon Turin -RFF, 2003, p.6)

Cette vison , de l'Europe néo-libérale où le libre échange et la concurrence libre et non faussée (voir TCE) sont la règle, a pour conséquence, la circulation croissante des marchandises, l'organisation en flux tendu des productions et des distributions. En résulte le dumping social généralisé et le chômage de masse, la détérioration de l'environnement, du climat et de la santé.

En France après l'ouverture du fret ferroviaire à la concurrence en 2006, le dernier "plan fret" accélère le processus de désorganisation de ce qui était le service public.


 

Un projet productiviste pharaonique

Qui serait opposé aux objectifs de sécurité, de report durable du trafic de la route vers le rail, de préservation de l'environnement quant on voit que le transport terrestre des voyageurs et des marchandises se fait respectivement à 83.1% et 82.9% par la route contre 11.3% et 10% pour le rail

 (source: SOes, rapport CCTN juin 2009) 

Les transports routiers absorbent 80% de l'énergie consacrée aux transports contre 1.7 pour le rail (sources: CPDP, SOes) et produisent 93.6% des 137 MT CO2 dus aux transports contre 0.4% pour le rail

 (source: Citepas/ inventaire CCNUCC février 2009, format PNLCC en France)

Le projet L-T prévoit pour le fret ferroviaire de passer de moins d 10 millions de tonnes de marchandises à 40 MT et 5000 camions/j d'ici 2023 et pour les voyageurs atteindre près de 8 Millions d voyageurs à l'horizon 2030 pour un coût global pour la France estimé à 20 Milliards d'euros. Or pour les Alpes Nord Fran,co-Italiennes le fret route et rail actuellement de 34 MT/ an passerait à 70 MT d'ici 20 ans et à 80 MT d'ici 30 ans.


Révision à la baisse7.01.2006-chambe-les-alpes.png

Ces prévisions contredites par les statistiques de trafic (international 2007/2008 de 12.7 à 11 et Transit de 4.8 à 3.5 en Milliards de tonne- Km source SOes, rapport cctn juin 2009) et le coût ont conduit les décideurs à revoir le projet à la baisse.

Le 19 mars 2007 un protocole Etat/RFF/ Collectivités prévoyait de limiter la capacité à 20MT au lieu de 40 et le 20 janvier2010; l'Etat Français envisageait le doublement du tunnel sous l'épine pour l'adapter à la circulation de trains de fret qui traverseraient ainsi toute l'agglomération chambérienne.

 


Le LYON-Turin affectera durablement les territoires traversés

Sa réalisation produira notamment, pour l'ensemble du projet, 36 millions de m3 de déblais provenant des 130 km de tunnels. Ces déblais seront sources de nuisances pendant leur extraction, transport, transformation et stockage. La présence de roches radioactives et d'amiante risque d'être lourde de conséquences pour les travailleurs, les habitants; l'environnement et les réseaux hydrau-géologiques malgré les dispositifs prévus.

 


Pour une autre politique des transports et d'aménagement du territoire:


Pour ces raisons à la fois sociales, économiques, écocogiques et démocratiques nous proposons d'agir sur les causes et non sur les conséquences comme c'est le cas pour le Lyon-Turin:


-Un aménagement du territoire, placé sous le contrôle des citoyens, défini à partir des besoins sociaux dont les déplacements quotidiens, dans le respect de l'environnement et la santé;


-La priorité au rail voyageurs TER (train expresse régionaux) et marchandises de service public national et européen, l'optimisation et la modernisation de la ligne historique et le renoncement aux projets autoroutiers;


-La fin des transports inutiles par la relocalisation des productions et la pluriactivité des bassins d'emploi et le développement des productions socialement utiles et écologiquement soutenables


- Une politique contraignante pour un réel transfert des marchandises de la route au rail avec taxation des poids lourds (type RPLP Redevance Poids Lourds Liée aux prestations appliquée en Suisse)


-Une politique sociale européenne harmonisée vers le haut dans les domaines de la production et du transport routier qui mettrait fin au dumping social en Europe. Elle réduirait considérablement les kilomètres parcourus par les marchandises avant d'arriver au consommateur.

 


le 5 fevrier 2011, St Jean de Maurienne.

LOgo NPA et alternatifs

-Le blog des Alternatifs de Chambéry: link

-Site du NPA SAVOIE: npa-savoie.fr

-Lien vers réunion publique du 6 mai 2011 à la motte servolex "une alternative au lyon-turin"la lutte continue


Manifestation à Chambéry du 7 janvier 2006

7.01.2006-chambery.png

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 23:24

noeud de routes

"Les métropoles économiques à grands potentiels de développement sont repérées de nuit par les investisseurs, grâce aux images fournies par les satellites, sinon en vue directe, depuis un avion. Plus ces villes sont lumineuses, éclairées, plus ils sont intéressés! Lorsque le ruban technologique de l'arc alpin, entre ses barycentre constitués par Genève et Grenoble, s'illuminer d'une manière continue, lorsque les pointillés des pôles de compétence comme le biotechnologies de Lausanne, la physique et l'informatique du CERN 0 Genève, la mécatronique d'Annecy, l'énergie solaire de Chambery et les nanotechnollogies de Grenoble, ne formeront plus qu'une longue colonne vertébrale, nous aurons gagné." 

Jean Therme, directeur de la recherche technologique de CEA (Comissariat à l'Energie Atomique) et directeur du CEA-Grenoble.

Citation issue du journal " Dauphiné Libéré" du 25/10/2004

 Sillon-alpin2.png

Ils auront gagné.

Depuis 4 ans, les conseils généraux de Haute-savoie, Savoie, Isère, et depuis cette année (2006) de Drome, tiennent de discrètes réunions pour fomenter ce que nos tecnarques appellent "un projet de continuité urbaine" de Genève à Valence: soit une méga-technopole de 2 millions d'habitants sur 150 km de long.(lien) Objectifs? 

-"mettre la puissance de la recherche publique et privée au service des entreprises.

-Diffuser à tout le territoire les technologies-clés,

-Imaginer l'avenir à 5, 10 ou 15 ans pour offrir aux habitants un cadre de vie préservé et un avenir à leurs projets,

-Organiser les conditions les plus harmonieuses de la gestion de ce territoire à enjeux.."

(plaquette des conseils généraux)

 


Sillon alpin1


En décembre 2003, l'Etat Français a retenu la candidature du Sillon alpin comme "métropole européenne émergente", et ses promoteurs s'investissent dans toutes sortes de projets communs, tels que "la réalisation de la liaison ferroviaire Lyon-Turin qui confirmera la position de métropole européenne du Sillon alpin" 

 

 

Serpent-alpin.png

 

La cause du Val de Suse est notre cause.

La destruction de cette vallée alpine sur l'autel de la Très Grande Vitesse Economique (trafic des marchandises et passagers), n'est qu'une des conditions nécessaires à la destruction du grand Sillon alpin. Destruction créatrice de profits et de puissance pour les technarques de Rhône-Alpes et de Lombardie, tandis que leurs habitants devront se contenter, au mieux, d'emplois de larbins au service des cadres et des machines, dans un environnement dévasté par les infrastructures. (lien vers le "serpent alpin")

Chacun voit bien qu'il s'agit de casser les hommes et de bouleverser les territoires, afin qu'à l'époque de l'économie planétaire unifiée, nos décideurs puissent continuer de rivaliser avec les décideurs du Guandong, du Kansaï, ou du comté de Santa Clara.


Mais nous , on se fout du patriotisme et de la guerre économique. Nous , on veut on veut pas crever d'ennui et de travail pour nos généraux économiques. On est lâches, paresseux et défaitistes. On ne veut pas se battre avec les Coréens, Taîwanais, ni les Brésiliens(nes). Nous , on n'est pas l'Etat. On ne confond pas "la France ", le règne de la technocaste, avec les Français, la main d'oeuvre, le matériel humain, mobile et flexible à merci.

On ne veut pas de Genève à Valence, habiter une voie express bordée de façades en verre chromé et de centres commerciaux. On ne veut pas se promener à jours fixes, dans la neige de culture des parcs artificiels, sous le radiateur climatique. Vous savez où vous pouvez vous mettre vos "flux tendus", vos barbecues à plasma et à cristaux liquides?

On se fiche totalement de "l'attractivité du territoire" . On ne veut pas être des robots sociaux, à 400 par kilomètres carré, élevés en batterie dans des lotissements et des Grands Ensembles Intelligents. On ne veut pas être compétitif. On ne veut attirer personne, et surtout pas ls investisseurs. Au contraire, qu'ils s'en aillent les PHILIPS? Freescale et autre Hewlett-Packard avec tous leurs ingénieurs "à fort revenus". Ca fera baisser le coût du foncier, de l'immobilier, et de la vie. Et qu'ils éteignent bien la lumière en partant!

Nous , on est passéistes! On veut des loups, des ours, des glaciers, des saisons. On veut des paysans dans nos campagnes, pas des pétroculteurs, ni des producteurs de particules. On veut manger ce que produisent nos campagnes, pas ce qui nous vient par avions, camions trains, détruisant au passage climats et paysages. Ainsi ne voulons -nous pas que des citernes de lait savoyards partent au Pays-Bas pour être transformées en fromage en Espagne, avant d'être vendu au supermarché de Montmélian (à coté de Chambery) lien . Nous on,manque terriblement d'ambition: on veut juste manger de la tomme, du reblochon ou du St-Marcellin acheté à notre voisin paysan. On voudrait juste habiter une vraie maison de vieilles pierres, comme nos élites qui ont si bon goût. Comme ce Jean Therme qui joue les gentelmen -farmers en Savoie, quand il n'est pas en train d'oeuvrer à l'illumination du Sillon alpin...

vache-au-mont-cenis.png

Grenoble, 6 janvier 2006.

Article de l'Association pièce et main d'oeuvre de Grenoble 

WWW.piecesetmaindoeuvre.com

Glanage et bricolage pour la construction d'un esprit critique.


Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 12:06

Le « TGV Lyon Turin » puis la LGV « fret » puis « l’Autoroute21.05.11-0238.JPG ferroviaire »

 

Une réunion publique, suivie d’un débat au sujet du LYON TURIN est organisée le 6 mai 2011 à la Motte Servolex Salle des Pervenches, à coté de la Mairie, à 19h30.

Intitulé de la réunion : Lyon Turin, un projet obsolète ? Quel plan B ?


Il y a près de 30 ans, les personnels du Consulat d’Italie travaillant à Lyon et ceux du Consulat de France travaillant à Turin et faisant l’aller-retour chaque semaine dans les 2 sens émirent l’idée d’une LGV reliant Turin et Lyon leur permettant de gagner environ 30 mn par trajet, soit 1h par semaine, de trajet !

Ce projet ne vit jamais le jour du fait de son coût, mais lors de la catastrophe du tunnel du Mont-Blanc, tous les camions (jusqu’à 7000/jour) se reportant sur le tunnel du Fréjus, les populations grondèrent « réagir ! » et l’idée du Lyon Turin fut relancée, pour calmer les populations, en y ajoutant une option fret, obligeant de fait à creuser deux tunnels, doublant du même coup le coût de percement puisque le TGV roule plus vite que les vieilles loco de la SNCF qui tirent les wagons de marchandises.

15 ans après, le transport fret de la SNCF est passé de 11,3 millions de tonnes par an sur la ligne historique du Fréjus à moins de 4 millions en 2010 (divisé par 4).

Comment dès lors, espérer financer un projet approchant les 30 milliards d’euros ?

Où stocker 1 milliard de m3 de minerai radioactif et amianté extrait des tunnels : Mont-cenis !

Sachant que les lignes en Savoie datent pour la plupart, d’avant l’annexion de la Savoie à la France et que la ligne reliant Lyon à Chambéry n’a qu’une voie sur 53 kms on se demande où est la volonté de la SNCF de bien desservir la Savoie !

Aujourd’hui, la ligne Valence Grenoble est électrifiée et doublée et très rapidement, il serait possible de faire passer le fret par Valence depuis Lyon, sans passer par Chambéry, permettant ainsi une meilleure circulation voyageurs, puisque la gare de Montmélian a beaucoup de place inutilisée et pourrait devenir une gare « re directionnelle » un peu centrale.

Depuis 10 ans, des ingénieurs se sont penchés sur les besoins de transport fret à travers la Savoie et vu que le Lyon Turin « fret » était censé transporter 40 millions de tonnes à travers la Savoie ont mis au point le système R-shift-R qui permet d’utiliser les voies actuelles existantes, de charger un train entier de containers, remorques ou camions en 6 minutes, de rouler à 130 km/heure et de monter des pentes à 3% alors que le TGV Lyon Turin fret à besoin de pentes à 6/1000 !!!

Une rame de ce procédé révolutionnaire est en cours de réalisation, mais les élus ne s’intéressent pas à cette opportunité !

Pourquoi ?

- Parce que ce procédé coûterait 20 fois moins cher et permettrait d’économiser des centaines d’hectares de vignes et bonnes terres, et à des centaines de familles de conserver leur maison ?

- Ou tout simplement parce que tout ce temps qui passe permet à la Sncf et aux pouvoirs publics (l’Etat) de ne rien faire du tout, étant donné que les populations, voyant passer moins de camions aux tunnels grondent moins et attendent un hypothétique « Lyon Turin ».

Mais l’Etat français propriétaire des 2 tunnels routiers et autoroutes d’accès et de plus de 60% des camions (SNCF et filiales) qui souhaite les rentabiliser veut-il encore faire du fret rail ?

Une réunion publique, suivie d’un débat au sujet du LYON TURIN est organisée le 6 mai 2011 à la Motte Servolex Salle des Pervenches, à coté de la Mairie, à 19h30.

Intitulé de la réunion : Lyon Turin, un projet obsolète ? Quel plan B ?

Articles récents parus dans agoravox et cenpapiers

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/des-trains-sans-entrain-90214

 

Cet article vient du site MRS mouvement région Savoie qui fait partie d'Europe Ecologie les Verts Savoie

21.05.11-0240.JPG21.05.11-0256.JPG

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 12:40

Lyon Turin Ferroviaire (LTF)

      Un projet qui part en lambeaux

      (attention les liens sont en cours de réactualisation, veuillez nous en excuser)

 

Ce projet pharaonique, lancé il y a 20 ans et dont les certitudes s’émiettent au fil du temps amène une évidence : peu à peu les thèses que nous avancions deviennent des réalités.

Nous avions dit que le prix de ce projet serait de l’ordre de 25 milliards d’euros.

-Or au fur et à mesure du temps qui passe, les prévisions des plus optimistes    se rapprochent de notre chiffre.

Nous avions dit que le million de voyageurs du « bassin genevois » qui englobe non seulement Genève, mais Annemasse, Annecy, Aix les Bains, iraient directement à Paris, sans passer par Lyon.

- Or la ligne des Carpates, financée en partie par le Canton de Genève, a été modernisée et sera inaugurée avant la fin 2010. Dés cette date, les TGV iront directement de Genève vers Paris ou Lyon.

Nous avions dit que le fret ferroviaire ne subirait pas les augmentations de trafic que les promoteurs du Lyon Turin prévoyaient.

- Orforce est de constater que le nombre de camions circulant en Maurienne est, soit en régression, soit se maintient aux mêmes chiffres qu’il y a 20 ans.

Il passe le double de camions dans les Pyrénées que dans les Alpes, ainsi qu’on peut le découvrir sur le site du sénat. (En 1999 4,6 millions dans les Pyrénées, pour 2,6 millions de poids lourds sur les trois autoroutes franco italiennes.)

Nous avions dit qu’il n’y avait pas d’intérêt pour le trafic provenant d’Espagne ou du sud de la France, à remonter jusqu’à Lyon.

- Orla région PACA vient de lancer les études afin de faire réaliser une liaison ferroviaire à Montgenèvre, ce qui permettrait, en réduisant la distance, d’éviter Lyon pour atteindre l’Italie.

Nous avions dit que les marchandises provenant du Nord de l’Europe, et de l’Angleterre n’avaient pas intérêt à descendre jusqu’à Lyon.

- OrEurotunnel vient de lancer une liaison de fret ferroviaire entre l’Angleterre et l’Italie, et la liaison passe par Lille, Metz, Bâle et Milan, puis Turin, discréditant un peu plus le projet LTF.

Nous avions dit que les tunnels suisses capteraient les marchandises espérées sur le Lyon Turin

- Orle St Gothard, dont le chantier se termine en 2016, et le Lötschberg inauguré en juillet 2007, ou le Simplon s’inscrivent dans un projet européen réaliste, occultant le Lyon Turin.

Nous avions dit que les français préféraient, en modernisant l’existant, de bonnes liaisons régionales (TER) à la création d’une « LGV » dont le bien fondé n’est pas été prouvé.

- Orle travail de Michel Martin, expert en génie civil démontre que, pour le fret, il est bien plus efficace et avantageux de moderniser la voie historique Ambérieux, Fréjus (qui passe par Aix les bains) que de gaspiller des fortunes pour une voie nouvelle.

- Or les travaux entrepris par RRF entre Culoz (pont sur le Rhône, tunnel du Fréjus, électrification de Valence-Grenoble et le doublement des voies à faire de la ligne Lyon-Chambéry) permettent, avec une technologie adaptée, d’atteindre les objectifs attachés au LTF.

- OrAlain Margery en nous présentant le concept (R-shift-R) en démontre la faisabilité.

- Orle Grenelle de l’environnement est à l’origine d’un décret qui impose la modernisation de l’existant s’il est en capacité de rendre les mêmes services que la création d’une voie nouvelle. (Texte voté par le sénat le 3 aout 2009).

Nous avions dit qu’il fallait intégrer mieux Grenoble au trafic régional en remettant en œuvre l’ex ligne de Bièvre (propriété de RFF), la raccordant à la ligne LGV Lyon Valence.

Or la FNAUT en fait la promotion.

On voit donc que des solutions alternatives et rentables ne manquent pas.

Revenons aux LGV.

Aujourd’hui un large front d’opposants aux Lignes LGV, s’est crée, lorsqu’il est prouvé qu’elles ne sont ni nécessaires, ni rentables.

- C’est le 23 janvier 2010 qu’a été signée la Charte d’Hendaye.

Cette coordination internationale englobe maintenant l’Italie, Allemagne, Espagne et France.

Des centaines d’associations (dont la nôtre) s’y rencontrent et échangent régulièrement des informations pour rendre cohérentes leurs réflexions et leurs actions au niveau européen.

- Le 18 mai 2010, des signataires de la « Charte de Hendaye » se sont fait entendre au Parlement Européen de Strasbourg.

- Le 25 septembre 2010, à la demande des élus d’Europe écologie, une rencontre avec les associations a fait émerger des convergences.

- Le 11 décembre 2010, les centaines d’associations qui luttent contre les mauvais projets mèneront des actions de tout genre pour contester des lignes LGV dont le bien fondé n’est pas prouvé.

FNE (France Nature Environnement) vient d’ailleurs de communiquer sur ce thème reprochant à la SNCF de ne pas répondre aux attentes de 90% des Français qui préfèrent de loin des liaisons régionales rapides aux bruyants et inutiles TGV.

L’Europe vient (21-11-2010) de sanctionner le projet pour cause de retards accumulés et à Bruxelles, la commission européenne a décidé de réduire de près de 9 millions d’euros les fonds qui avaient été alloués.

Elle a en outre posé un ultimatum de calendrier étant prête à allouer les 300 millions d’euros prévus pour d’autres projets « plus crédibles et plus efficaces ».lien

Localement, nous venons de faire une avancée essentielle : ayant été invités le 31 aout 2010 par la municipalité de La Motte Servolex, nous avons exprimé notre point de vue à son maire, et aux membres de son conseil présents ce jour là, lesquels ont semblé en phase avec notre position.

Or si la Motte Servolex décide de refuser le projet TGV sur le territoire de sa commune avant la déclaration d’utilité publique, le verrou créé pourrait compromettre le projet dans son ensemble.

- La bataille du rail sera perdue  si RFF, la SNCF, et les pouvoirs publics ne changent pas d’orientation.

- En tout cas, pas de doutes, le projet Lyon Turin est un projet ringard, prétentieux, et coûteux, comme la plupart des projets LGV actuels.


Olivier Cabanel

 Président de la coordination Ain Dauphiné Savoie face aux projets de liaisons transalpines

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 11:14

Argumentaire diffusé à l'occasion de la

Réunion publique pour le LYON TURIN du 5 février 2011.

organisée à ST Jean de Maurienne par A Fatiga de la cgt cheminot avec Monsieur Besson, Monsieur Virano..

 


"Ce projet est nécessaire pour désengorger les vallées savoyardes"

C'est complètement faux, et pour de nombreuses raisons (1):

À L'échelle européenne, les tunnels suisses récemment construits (LÖtschberg et St Gothard) et d'autres nouvelles liaisons ferroviaires (Angleterre -Italie via Bâle par exemple) vont capter une part de plus en plus importante du fret qui transite actuellement par  les vallées savoyardes.

D'autres part, il serait beaucoup moins cher (un milliard d'euros au lieu de 20 à 25 milliards), de moderniser la liaison ferroviaire existante Ambérieu-Fréjus, qui pourrait alors absorber la totalité du fret

 

"Le chantier va créer de l'emploi en Maurienne"

Quel genre d'emploi? Tunneliers, conducteurs de camions, et autres travaux pénibles et temporaires du génie civil...être employé à détruire son propre territoire, est-ce vraiment souhaitable? Il y a de sots métier et de sales boulots. "Avoir du travail" n'est ni une valeur en soi, ni un argument politique valable.

Les italiens du Val Susa, qui s'opposent massivement au projet depuis vingt ans, n'ont pas cédé à ce chantage à l'emploi. Ils et elles continuent à affirmer que la beauté de leur vallée, que leur qualité de vie, n'est pas négociable.

 

"Il faut être réaliste: comment fait -on, maintenant, avec ces flux de marchandises?"

Ces flux de marchandises existent parce que nous leur avons donné les moyens de traverser les Alpes plus vite, pour moins cher, à de plus en plus d'endroits. Vingt millions de tonnes par an circulent aujourd'hui sur les camions en Savoie, mais le projet Lyon-Turin permettra d'en transporter quarante millions: l'objectif n'est dons pas de réduis le trafic mais bien de l'augmenter.

Dans sa logique d'emballement, le capitalisme ne mettra pas sagement les camions sur les wagons, mais profitera de cette infrastructure pour faire circuler encore plus de marchandises: nous aurons à subir le train et les camions.

Il faut être réaliste , oui: creuser un nouveau tunnel, c'est faire un cadeau de vingt milliards d'euros d'argent public aux grosses entreprises de BTP, pour que le système industriel dans son ensemble puisse continuer à gaspiller, à pourrir nos vies et à dévorer nos espaces.

 

"C'est un projet écologique, le train c'est moins pire que les camions"

Le percement du tunnel principal (53kms de long) implique dix à quinze ans de circulation de camions chargés de déblais, notamment de roches contenant de l'amiante et de l'uranium. Les descenderies de reconnaissance creusées en Maurienne ont déjà modifiée les écoulement des eaux dans la montagne, par exemple à Villarodin-Bourget.

Le train n'émet pas de gaz d'échap^pements, certes. Il ne pollue pas sur place, mais ailleurs et autrement: au fait, comment est produite l'électricité pour le propulser? Faire traverser les Alpes à des millions de tonnes de marchandises chaque années représente une dépense d'énergie colossale. Cela n'est pas, et ne sera jamais "écologique".

Le problème n'est pas les camions, c'est bien le transport. Pourquoi , au fait, toutes ces marchandises traversent -elles mes Alpes? Au profit de qui? Si ces millions de tonnes qui circulent nous rendaient plus heureux , ça se saurait non, depuis le temps?

Reporter le fret des camions sur le rail, c'est repeindre en vert l'absurdité capitaliste. C'est "gérer les nuisances" au lieu de les supprimer. C'est de "moins pire" en "plus efficace", accompagner la destruction durable de nos vies et de nos territoires.


"Les opposants sont contre tout, que proposent t-ils?"

Et le défenseurs du projet, que proposent t-ils donc?

Sacrifier le Val de Susa et la Maurienne à quinze ans de poussière et des millions de mètres cubes de déblais, pour que leurs habitants puissent ensuite y voir défiler la journée des containers sur des trains, content.e.s de contribuer ainsi à la sacro-sainte circulation des marchandises d'une Europe résolument moderne: capitaliste, compétitive et écologique.

Habitant.e.s désormais un corridor industriel entre les usines du nord et les ports du sud (et vice et versa) , se consolant sans doute d'un "avant, avec les camions, c'était pire". Avec quelques services publics en moins, parce qu'évidemment il n'y a plus d'argent dans les caisses, le tunnel a coûté plus cher que prévu....mais quand même, quelle fiereté , c'est le plus long d'Europe et "le chantier du siècle"!

Face à cet enthousiasmant projet de société, pas besoin d'aller chercher très loin pour trouver mieux.

Et si on relocalisait la production, au lieu de faire fabriquer l'essentiel et le superflu à l'autre bout du monde à "moindre coût" financier, mais au prix du désastre écologique et social?

Et si on s'inspirait des italiens.ne.s du Val de Suse, qui à travers leur lutte contre le projet (2) réinventent la cohésion de leur vallée et défendent la convivialité, la lenteur, et une certaine idée du vivre ensemble?

NI CAMIONS, NI WAGONS. HABITONS NOS VALLEES ET RESISTONS!

 

Quelques habitant.e.s des Alpes, février 2011.

 

(1) liste complète des arguments par Olivier Cabanel, à lire sur ce blog.

(2) sur la lutte No Tav ! en val de Susa, une brichure à télécharger ici: http://infokiosques.net/spip.php?article489

Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 08:33
Plus de 10 000 personnes (15 000  selon les organisateurs) ont défilé de Rivalta à Rivoli pour dire NON au LyonTurin le 21 mai 2011.
 
IMG_0725.JPG
 
Le mouvement des NO TAV littéralement non au tgv, a commencé dans le Val de Suse (entre Turin et le tunnel du Fréjus) il y a 20 ans suite à un rapport fait par des médecins et des chercheurs sur la nocivité des poussières que le chantier engendrerait.
 
En effet, la montagne sous laquelle passe le tunnel du Lyon Turin (le massif d'Ambin) contient de l'amiante et de l'uranium en grande quantité. la dispersion de ces éléments dans l'air et dans l'eau provoquera des cancers (poussières d'amiante et radioactivité de l'eau). Ce qui accentue le problème, c'est le conditionnement des roches amiantifères et contenant de l'uranium à l'air libre. Plus précisément sur le site de l'ancienne carrière du Paradis qui à servis pour la construction du barrage du Mont Cenis et qui se trouve sur ce site. lien
 
La majeure partie des déblais sera entreposée entre St Michel de Maurienne et St Jean de Maurienne.    
 
Ce que reprochent aussi les " NO TAV" au lyon-turin, c'est qu'ils ne veulent pas que leur vallée soit transformée en chantier pour 15-20 ans voir 30 ans.
 
De plus, ce qu'ils dénoncent, c'est le gaspillage d'argent publique. Ce TGV leur coûtera plus de 20 milliards d'euro. C'est une dépense difficile à admettre dans un contexte de crise et de surendettement de l'Etat. D'autant plus, comme en France, il ferment des hôpitaux (lien) et des écoles par manque de moyens :
 
à signaler : le toit de l'école de Rivoli s'est effondré à cause du manque d'argent publique!!! (lien)
 
Le mouvement no tav a depuis grandi pour fédérer toute la vallée. Le moment crucial fut la bataille de Venaus en 2005, un petit village de la vallée. Ce fut un moment tragique pour la vallée occupée par 15 000 policiers venus pour faire de la répression contre les habitants. Les droits de l'homme ont été bafoués plusieurs fois.
Les manifestants auront gagné et le chantier sera bloqué. Toute la vallée  sera depuis derrière les "no tav".
 
En France, le mouvement sera tué dans l'oeuf. Le lyon turin servira de prétexte pour ne rien faire contre la pollution des camions. Un projet de ferroutage sera suffisant pour le repeindre en vert (greenwashing) (lien)
 
10 ans après, nous avons du recul, et nous pouvons affirmer que le Lyon Turin est un ouvrage inutile dont le projet est fondé sur des postulats erronés. (lien)
 
Annoncée de partout (lien), la manifestation de Rivoli(lien) était une marche de Rivalta à Rivoli. Il y avait  Alberto Perino porte parole du mouvement populaire des no tav,  devançant le cortège, précédé des tracteurs des agriculteurs de la vallée qui protestaient contre le manque de terrain, l' expropriation des terres agricoles pour toujours plus d'infrastrucures.
 
IMG_0712.JPG
 
Parmi le flot de drapeaux "no tav", nous pouvions voir certains drapeaux contre la privatisation de l'eau et contre le nucléaire. Je rappel qu'il y a un référendum en Italie pour ou contre la reprise du nucléaire le 12 juin. le souvenir de Fukushima est encore dans nos têtes et un train de déchets nucléaires venant d'Italie est passé par le val de suse, la savoie et l'ain, le 9 mai dernier. (lien)
 
Nous avions ensuite toutes les banderoles des différents comités no tav de la vallée, des élus, et detoutes les vallées adjacentes.
La manifestation s'est déroulée dans la bonne humeur générale. Il y avait même un tracteur avec une sono et DJ .
 
Arrivés à Rivoli, plusieurs personnalités ont pu faire un discours, notamment Alberto Perino, un leader du parti de Beppe Grillo les "cinque stelle" (5 étoiles) (lien),   et moi même ...
 
IMG_0745.JPG
 
J'ai parlé du Lyon Turin comme une ouvrage inutile (lien), et mis en évidence le gaspillage d'argent publique en relation avec les jeux olympiques d'Annecy 2018 et en les dénonçant (lien)
 
DSC_0328.JPG
 
 
 
Quelques articles intéressants sur le Lyon-Turin :
 
 
 
sur la baisse de trafic dans les tunnels du mont blanc et du fréjus
 
 
sur ce blog :
le lyon-turin, une infrastructure inutile.
 
 
DSC_0254.JPG
 
 
 
DSC_0320.JPG
 
 
 
 
 Emmanuel Coux
 
 
 
Repost 0
Published by notav-savoie - dans Arguments
commenter cet article

Présentation

  • : Blog no Tav Savoie
  •  Blog  no Tav  Savoie
  • : Blog du collectif de la lutte contre les grands projets inutiles dont le Lyon Turin
  • Contact

Recherche