Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 14:55

 

 

8-decembre 0140 4756

Nous profitons de ce 7 mars, jour de la chaîne humaine contre la pollution des vallées et pour une alternative au transport routier, non pour polémiquer de la présence ou non des pro-Lyon Turin qui se sont invités dans la mesure où l'alternative qu'ils proposent est justement le Lyon Turin - les opposants ont démontré que le report modal pouvait se faire déjà maintenant sur la ligne existante (voir tous les articles sur les flux et la capacité de la ligne existante qui vient juste d'être rénovée) – mais pour faire un bilan politique de ces années de luttes contre cette nouvelle ligne ferroviaire. En effet, en ces temps d'élections, nous ne voulons pas que cette lutte soit récupéré par des partis nauséabonds.

 

Disons déjà une première chose, nous ne sommes pas opposés à l'Union Européenne et à l'idée d'une Europe même si le projet est un projet Européen (dans la partie Saint Jean de Maurienne- Suse) et s'inscrit dans le cadre du développement ferroviaire à grande vitesse et à haute capacité de l'Europe.


Le fait que le projet soit européen favorise au contraire les opposants. La négociation de différents traités est plus fastidieux que si le projet était franco-français. De plus les conditions de l'Europe sont nécessaire pour une levée de fond permettant de financer cette ligne même si au final, l'Europe ne finance pas grand chose du projet : seulement un pourcentage qui est encore en négociation sur la portion St Jean de Maurienne- Suse. Le projet financier aurait été monté plus facilement si il aurait été franco-français.

D'un point de vue idéologique, les opposants ne sont pas contre une Europe Politique. Regardons un peu les mouvements politiques et les personnages qui sont opposés au Lyon Turin :

Chronologiquement, nous avons d'abord la coordination des opposants au Lyon Turin dont le leader est Olivier Cabanel qui a écrit pas mal d'article. Celui-ci est un ancien vert. Cependant, la plupart de ses membres vont du Modem à l'UMP. C'est d'ailleurs grâce au travail de cette coordination que Dominique Dord, ancien trésorier de l'UMP et maire d'Aix les bains est devenu lui aussi un opposant au Lyon Turin. Le Modem et l'UDI sont des partis très pro-Européen. Nous ne nous étendront pas plus sur ces partis.

Puis, nous avons aussi du coté des opposants historiques, le mouvement notav Savoie qui s'est actuellement scindé en différents sous groupes. Ce mouvement est globalement plus à gauche avec un noyau de la fédération anarchiste, NPA, des alternatifs et des éléments d'EELV. Nous avons ici une gauche plutôt internationaliste (qui tranche avec les positions souverainistes du front de gauche).

Enfin, nous avons la coordination contre le Lyon Turin, mouvement apolitique qui rassemblent différentes associations et personnes qui sont opposé à cette nouvelles ligne ferroviaire, des éléments proches d'Europe écologie les verts qui se sont même présentés aux élections européennes dans le but de dénoncer ce projet. Mais, pour est juste dans nos propos, les positions d'EELV n'ont pas été toujours contre le Lyon Turin. Au début, ils étaient pour.

Pour ceux qui ne sont pas au courant de la situation politique écologiste en Savoie, celle ci se résumait en deux courants : le mouvement région Savoie (MRS, qui sont régionaliste et autonomiste) et les anti région Savoie.

Ce qui nous amène à parler d'une autre composante des opposants au Lyon Turin qui ont été très actifs lors des manifestations qui sont les indépendantistes Savoisiens. Ces indépendantistes ont dénoncé ce projet assez tôt. Ils avaient organisés une manifestation au Mont Cenis en 2012.

Cependant, au niveau de l'action politique, c'est un mouvement plus modéré qui a pris les rênes, le mouvement région Savoie avec comme leader Noël Communod, conseiller général affilié à Europe écologie les verts. Cette position a d'abord eu comme effet d'élargir le schisme au sein d'EELV entre les pro et anti région Savoie. Rappelons que le mouvement région Savoie et les partis indépendantistes savoisiens ont été les seules à s'afficher (avec le NPA et la FA) lors de la manifestation de Lyon en décembre 2012.

 

D'un point de vue politique, le mouvement région Savoie est un parti Européiste puisqu'il fait parti d'ALE qui est allié au niveau européen avec les verts. Au niveau local, il a organisé des alliances avec le parti valdotain « Alpes » et des partis valaisans (colloque du mont dolent). La Savoie historiquement est partagé maintenant ne l'oublions pas, entre la Suisse, l'Italie et la France.

 

Enfin, suite à la prise de position de la majorité d'EELV contre le Lyon Turin, une partie du front de gauche s'est rallié à cette cause.

 

Après ce bref descriptif, nous allons voir que les partis souverainistes ne se sont pas opposés au Lyon Turin sauf pour dénoncer un projet qui ralliait les peuples donc opposé à leur idéologie. Le front national est contre le Lyon Turin, non pas à cause des coûts et de la pollution mais parce que c'est une liaison transfrontalière.


Les opposants au Lyon Turin ne sont pas opposés à des liaisons transfrontalières. Des liens étroits se sont fait de part et d'autre des Alpes. Le manque de TER et de TET entre Turin et Chambéry a même été dénoncé par les opposants (il n'y en a pas assez et, plus de TET et de TER pourraient être mise en place tout en favorisant le fret sur les rails avec la ligne actuelle). Les opposants sont pour une interculturalité entre Turin et Chambéry (qui ont fait parti du même pays jusqu'en 1860 et parti du Saint Empire romain germanique jusqu'en 1713, préfiguration de l'Europe moderne).

 

Actuellement, nous voyons fleurir de nombreux partis et mouvements comme l'UPR d'Asselineau, Égalité et Réconciliation de Soral et dieudonné, le M'pep (qui si il paraît être un gentil de gauche, n'en a pas moins appelé à l'abstention aux européenne ce qui a permis l'élection de 25 députés frontistes) qui profitent de la décomposition du PS et de l'UMP. Ces partis ne nous ont jamais soutenus dans la lutte contre le Lyon Turin. On ne les voit pas non plus dans la lutte contre NDDL, contre le nucléaire ou d'autres projets inutiles.

 

A ces parti Brun-Rouges, nous pouvons rajouter tous les mouvements comme les gentils virus de Chouard et les Colibris que l'on devrait appeler plutôt « les Autruches » tellement ils ne sont pas engagés.

 

Cette mise au point nous paraît d'autant plus nécessaire qu'apparait de toute part des délires complotistes dignes des meilleurs paranoïaques. La lutte contre le Lyon Turin ne se base pas sur des théories du complot mais sur des faits et des chiffres précis concernant les flux transfrontaliers et des solutions de remplacements qui ont été construites et validés par des ingénieurs.

Repost 0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 09:18
6558756-9891985.jpg
Les élections européennes approchant, il est nécessaire de faire le point, et comment ne pas être surpris en analysant les différentes professions de foi, une seule conteste par écrit le projet Lyon Turin, celle de « l’Europe des régions » menée par François Alfonsi, député européen sortant et maire d’Osani, en Corse.

Extrait :
« contre les lignes LGV en Paca et en Savoie (Lyon Turin) et tant d’autres projets inutiles, dévastateurs et ruineux développés uniquement pour satisfaire les grands lobbys économiques français et européens ».
.
Ce n’est donc pas une surprise de découvrir dans cette liste un certain Noel Communod, l’un des rares conseillers régionaux qui se soit investi largement depuis quelques années contre le néfaste projet LTF Lyon Turin
.
Noel communod a été le seul élu a être présent lors de la manifestation à Lyon contre le Lyon Turin.
.
Donc pour être cohérent contre le projet du Lyon Turin, nous appelons le 25 mai 2014 pour les élections européennes à Voter Région et peuple solidaire avec comme tête de liste François Alphonsi.
.
.

Repost 0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 01:10
DSC02364ridotta
Communiqué de presse du 28 août 2013

Sujet : DUP française pour mise en route du Chantier Lyon Turin Ferroviaire( LTF ) sur le sol de Savoie.

Le Collectif SAVOIE + dont fait partie le Mouvement Citoyens de Savoie (MCSE) s’oppose à tout début d’expropriation ou d’ouverture de chantier pour ce LTF en Savoie pour une ra...ison de Droit.

Dans un communiqué envoyé le 20 mars 2012 aux élus de Savoie et aux médias, comme dans la lettre ouverte envoyée à Mr Queyranne le 19 juillet 2013 le MCSE expliqua les droits du sol de Savoie.
Aujourd’hui, SAVOIE + appelle la population de Savoie à sortir de sa léthargie et à se rassembler autour de la Coordination anti Lyon Turin Ferroviaire en s’appuyant sur les Droits Imprescriptibles suivants liés au sol de SAVOIE :

Sachant que la seule Légitimité de l’Etat Français sur les départements de Savoie et Haute Savoie (territoires de la Savoie annexée) est le Traité du 24 mars 1860, dit Traité d'annexion.
Sachant que lors de la Déclaration de guerre de l'Italie à la France du 10 juin 1940, ce traité fut dénoncé par l'Italie et qu'il était donc éteint à l'issue de cette guerre, (c'est Victor-Emmanuel III, petit-fils de Victor-Emmanuel II, le signataire du Traité, qui l'a personnellement dénoncé en 1940).
Sachant que, selon les dispositions du Traité de Paix du 10 février 1947, la France avait l'opportunité de renouveler ce traité sous réserve de notifier son souhait à l'Italie dans un délai de six mois à compter de l'entrée en vigueur du Traité de Paix, puis de consulter la volonté des populations concernées, selon les dispositions du Traité d'annexion et les prescriptions du Droit international.
Sachant qu'en vertu de l'article 44 du traité de paix avec l'Italie signé à Paris le 10 février 1947, les traités antérieurs (au rang principal desquels se trouve le Traité d'annexion) n'ayant pas été notifiés à l'Italie dans un délai de 6 mois à compter du 15 septembre 1947 (art. 44, paragraphe 1er) puis enregistrés à l'ONU (art. 44, paragraphe 2) seraient expressément « tenus pour abrogés » (art.44, paragraphe 3).
Sachant que le 25 janvier 2002 le Ministère des affaires étrangères répond par courrier à Mr Jean de Pingon que ce Traité a été« notifié à l’Italie, le 15 mars 1948 » .
Sachant qu'à l'époque, en droit international, le délai de 6 mois commencé le 15 septembre 1947 se terminait le 14 mars 1948 à minuit.
Sachant que cette notification du 15 mars 1948, en sus d'être hors délais, était entachée de grossières erreurs qui seront corrigées dans une note adressée par l'ambassade de France en Italie au ministère italien des Affaires étrangères le 30 décembre 1948, (cette dernière notification étant très largement hors délais).

Sachant que l’ONU à refusé récemment d’enregistrer ce Traité comme le reconnaît le Ministère des Affaires étrangères français dans sa réponse à la deuxième question ( N°10106 ) du député de la Loire le 8.1.2013 et comme l’écrivait déjà avant lui, Jean de Pingon dans sa lettre du 25 décembre 2012 intitulée : « Bonne Nouvelle aux savoisiens ».

Sachant que, de surcroît, l'ONU ne reconnait pas les annexions et que la Savoie, et son peuple, ont été annexés par la France, une première fois le 27 novembre 1792, suite à une occupation militaire et à un décret de la Convention nationale de la République française où le peuple savoisien est qualifié de "Peuple souverain de la Savoie", une seconde fois en 1860 suite à une occupation militaire et à un traité d'annexion et une dernière fois en 1948 dans le plus profond mépris des dispositions du Traité de paix du 10 février 1947 et du Droit des Peuples à disposer d'eux-mêmes.

Nous pouvons affirmer qu'aujourd'hui, le traité du 24 mars 1860 est définitivement abrogé, en fait comme en droit .
La France, ses institutions et son administration n’ont plus aucune légitimité en Savoie.
La Savoie appartient à présent à son peuple et ce dernier n’a pas encore décidé des travaux éventuels qui seront nécessaires à son épanouissement, comme il n’a pas encore adopté sa Constitution, ni élu de responsables politiques ni nommé de diplomatie pour entendre les demandes des Peuples qui entourent la Savoie.

Le Président du Collectif SAVOIE +

Jean Blanc
Repost 0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 20:30

A la veille de l'avant sommet contre le Lyon Turin, les communiqués pleuvent contre ce projet inutile. La confédération paysanne demande l'annulation de l'enquête publique sur le Lyon Turin. Voici le communiqué de presse.

 

 

Confédération paysanne de Haute Savoie

Maison de l’Agriculture

52 avenue des iles

74994 Annecy cedex 9

Tel/fax : 04 50 88 18 47

Conf74@orange.fr

 

 Confédération paysanne de Savoie

40 rue du Terraillet

73190 St Baldoph Tel/fax : 04 79 60 49 14

 savoie@confederationpaysanne.fr

 

St Baldoph, le 28 novembre 2012

Communiqué de presse

La Confédération Paysanne de Savoie et la Confédération paysanne de la Haute Savoie demandent l'annulation de l'enquête publique du projet LYON- TURIN.

 

 

Ces dernières semaines, ce projet a été remis en cause : son inutilité est dénoncée par une opposition sans cesse grandissante de la société civile, la Cour des Comptes et l'ensemble du monde agricole, dont la Confédération Paysanne.

 

Le foncier est l’outil de travail des paysans, il en va dans le cas du projet Lyon –Turin de la dévastation de 1500 hectares sur l'ensemble d’un tracé qui éliminera les paysans, détruira l’activité économique et la vitalité d’un territoire. La lutte de la Confédération Paysanne pour préserver des terres agricoles, leur usage alimentaire et protéger les emplois paysans est constante.

 

Ce projet a été sous-évalué financièrement, les prévisions de trafic sont largement surévalués, la ligne existante est utilisée à moins de 20% de sa capacité et permet de transporter dès aujourd'hui les marchandises d'environ un million de camions.

 

Durant l'enquête publique aucune étude alternative n'a été proposée et des conflits d'intérêts sont apparus démontrant la violation de la règle d'information loyale des populations et du monde agricole.

 

Nous pensons qu'il est indispensable de moderniser les infrastructures existantes qui ont déjà fait l'objet de 500 millions d'euros d'investissement afin d'organiser les transports collectifs de proximité, de sécuriser les voies existantes ainsi que l'impact des nuisances pour les riverains des communes traversées et de reporter sans délais les marchandises sur le rail. Dans la foulée nous exigeons pour des raisons environnementales que les camions ne circulent plus à vide aux passages transfrontaliers du Fréjus et du Mont-Blanc et que les camions circulant par Vintimille transitent sur les autoroutes maritimes soutenues par l'Europe.

 

Aujourd’hui, parce que le choix des investissements doit être réalisé en respect de l’environnement et dans l’intérêt des générations futures, parce que la terre est un bien commun, et l’activité de paysan un métier d’utilité publique, nous demandons à Monsieur le Président de la République, l'annulation de l'enquête publique et le non engagement des travaux liés à ce projet.

 

Contacts : CALLOUD Philippe, porte-parole de la Confédération paysanne de Savoie : 04 79 54 77 18

Repost 0
Published by no Tav savoie-Bugey - dans Communiqué de presse no tav
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 20:16

A la veille de l'avant sommet, le parti de gauche se positionne contre le Lyon Turin. Voici le communiqué de presse :

 

 

POSITION DU PARTI DE GAUCHE SUR LE PROJET TAV LYON TURIN

29/11/12

Ce lundi 3 décembre 2012, les chefs d’état français et italien François Hollande et Mario Monti se

réunissent en sommet à Lyon pour parler austérité et conclure le plan de financement de la ligne à

grande vitesse reliant Lyon à Turin (TAV).

Le Parti de Gauche a toujours eu le souci du développement du système ferroviaire national et de

défense de l'emploi des cheminots. Il défend dans le cadre de la planification écologique le

développement du frêt public comme alternative au tout-routier, tout en prônant la relocalisation de la

production au plus près des besoins de la population.

Or certes, pour mettre les camions sur les rails, encore faut-il disposer de ces rails. Pour autant, le

projet de Ligne à Grande Vitesse Lyon-Turin, qui prévoit à l'horizon 2025 une nouvelle ligne de frêt et

transport de voyageurs par 200 km de voies nouvelles incluant le plus long tunnel d’Europe (57 km)

nous pose pour le moins question au regard de son impact environnemental, de l'escalade des coûts et

de nouveau éléments apparus notamment dans le référé de la Cour des Comptes du 5 novembre

dernier.

Ce projet rencontre une opposition forte de riverains de part et d'autre de la frontière,

essentiellement axées sur le refus du bétonnage des fonds de vallée, l'inquiétude concernant les terres

agricoles, le transport et stockage de dizaines de millions de m³ de déblais toxiques, le risque de

modifications des réseaux d’eaux souterraines et des nappes, et la manière dont le débat public a été

mené.

Dans un contexte d'austérité généralisée voulue par le gouvernement PS-EELV, ce projet représente

des sommes lourdes. Dans son référé adressé à Jean-Marc Ayrault, la Cour des comptes regrette que

le pilotage de cette opération ne réponde pas aux exigences de rigueur nécessaires” sur le plan

financier et s’alarme de l’augmentation du coût du projet, passé de 12 milliards d’euros en 2002 à 26,1

milliards selon les dernières estimations du Trésor, « rendant difficile les financements publics dans le

contexte actuel”. La Cour constate aussi une « faible rentabilité socio-économique » du projet et pointe

les dangers d'un financement non-défini. En conséquence, elle recommande de ne pas “fermer la porte

à l’amélioration de la ligne existante” qui a été écartée sans avoir été explorée complètement.

Concernant le report modal que défend le Parti de Gauche, un audit des Ponts et Chaussées pointait

en 2003 que la surévaluation du trafic par les promoteurs du projet risquait de favoriser indûment ce

projet par rapport à d’autres solutions, et aurait pour effet de capter au profit de l’axe Lyon-Turin des

trafics qui auraient normalement transité par la Suisse, ne soulageant pas les tunnels routiers du Mont-

Blanc et du Fréjus. Par ailleurs en facilitant la traversée des Alpes, ce projet risquerait d'induire encore

plus de camions sur l'axe Lisbonne-Kiev, et de reporter ailleurs le trafic poids lourds.

 

L'augmentation du trafic routier mise en avant cache un nombre important de camions transitant à

vide. Le tonnage des camions à vide représente aujourd'hui sur l'axe Lyon-Turin autour de 14,5 T en

moyenne, contre 16 T il y a quelques années. Selon l'Office fédéral Suisse, « le tonnage de

marchandises entre la France et l'Italie en 2011 est égale à celui de 1988 dans les Alpes du Nord », et

l’augmentation de trafic qui servait à justifier la rentabilité du projet en 2000 s’avère aujourd'hui peu

crédible. La Cour des comptes pointe également ce problème : d'après elle la baisse du trafic transalpin

par rapport aux prévisions établies en 1990 rend improbable la saturation de la ligne existante

envisagée pour 2035.

En résumé, la Cour des Comptes a confirmé dans son référé du 5 novembre tout à la fois la baisse de

trafic entre la France et l'Italie, les sous-évaluations et l'absence de maîtrise des coûts, la sousutilisation

de la ligne existante et le fait que la saturation de la ligne existante, condition de l'accord

franco-italien du 29 janvier 2001, n'était pas acquise.

Enfin, concernant l'argument de l'emploi, dont il est toujours pertinent de s'interroger sur la pérennité

outre l'utilité sociale et écologique, les promoteurs du projet parlent de 10.000 emplois sur 10 ans

pour l’ensemble du projet, dont 3.500 pour le seul tunnel international au maximum du chantier. Or

cela paraît très optimiste au regard des chantiers similaires déjà mis en oeuvre (le tunnel Suisse du St

Gothard en 2009 n’a employé que 1.000 personnes au maximum au lieu des 3.000 attendues). Au final,

l’exploitation de l’infrastructure devrait permettre la création de 130 emplois durables à partir de 2023.

 

Le Parti de Gauche demande en conséquence un moratoire permettant la réévaluation du projet sur

la base des remarques de la Cour des comptes, d'un contrôle démocratique citoyen accru et par des

cabinets indépendants de la maîtrise d'ouvrage.

Il soumet au débat les propositions alternatives suivantes :

- financement alternatif de l'autoroute maritime méditerranéen avec des bateaux de transport issus

des chantiers navals français et la valorisation des infrastructures portuaires : le report sur autoroute

maritime des poids lourds circulant sur la côte méditerranéenne réduirait le trafic de 700.000 camions

au passage de Vintimille pour un coût 50 fois inférieur au projet Lyon-Turin

- financement alternatif de l'autoroute ferroviaire Nord-Sud : sillons Espagne-Belgique, Espagne-

Allemagne-Suisse de traversée de la France via Lyon avec la rénovation de ces sillons - dont le sillon

Lyon-Turin - pour leur permettre la montée en charge.

- concernant les camions transitant à vide, le Parti de Gauche propose de taxer le tonnage à vide à

partir de 16 T puis progressivement jusqu'à 18 T pour accompagner la montée en charge des sillons de

ferroutage Nord-Sud.

Ces mesures permettraient à la fois de ralentir fortement la saturation de la ligne Lyon-Turin si celle ci

s'avérait réelle en donnant le temps pour évaluer des projets alternatifs, de développer le report modal

des marchandises sur le territoire national grâce au ferroutage et au transport maritime, et également

de développer de façon importante et pérenne les emplois de la filière de ferroutage française,

notamment en Rhône Alpes, dans les ports et les chantiers navals.

 

Elles seraient une mise en oeuvre concrète de la planification écologique que nous défendons avec le

Front de Gauche.

Repost 0
Published by no Tav savoie-Bugey - dans Communiqué de presse no tav
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 16:40

 

 

601532 494367067250468 208688802 n

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Le 29 novembre 2012.

Projet de Loi Lyon Turin au Conseil des Ministres :

Le gouvernement choisi le passage en force et la confrontation.

Alors que l'opposition au projet Lyon Turin s'élargit et se renforce chaque jour, le

Gouvernement choisit de provoquer des tensions dans un dossier qui a révélé ses faiblesses

économiques et environnementales, ainsi que de graves irrégularités.

Le gouvernement choisit également de reproduire dans son communiqué de presse le

mensonge des lobbyistes et promoteurs de ce projet.

Il est faux d'indiquer « Il réduira également le temps de trajet Paris Milan à 4 heures (7

heures aujourd'hui). »

En effet le Gouvernement compare un temps de quatre heures qui n'intègre pas les futurs

arrêts intermédiaires avec un trajet actuel qui en compte neuf arrêts soit plus de 2 heures.

http://tgv-franceitalie.voyages-sncf.com/le-reseau-milan-et-italie-plus-proche-que-jamais

Les arrêts intermédiaires entre Paris et Milan sont : 1 Lyon St Exupéry / 2 Chambéry / 3 St

Jean de Maurienne / 4 Modane / 5 Bardonecchia / 6 Oulx / 7 Torino / 8 Vercelli / 9 Novara.

Que le gouvernement utilise des méthodes de publicitaires est révélateur du traitement

donné à ce dossier.

Que le Gouvernement associe sa voix à celle des lobbyistes et utilise leurs méthodes,

alors que toutes les analyses montrent que les critères d'utilité publique ne sont pas réunis,

révèle soit une méconnaissance totale des données réelles soit un acharnement doublé d'une

précipitation.

Les opposants rappellent que

les prévisions d'emplois sont sur-évaluées,

le coût du tunnel de 57 kms sera d'au moins 11 Milliards d'€uro et non 8,5 comme

annoncé,

les trafics marchandises et voyageurs ont été surestimés depuis plus de 20 ans et le

sont toujours,

la ligne actuelle permet d'absorber les trafics après l'investissement de plus de

500 millions d'€uro,

les priorités d'investissements se trouvent sur des axes Nord Sud et dans les transports

collectifs de proximité.

L'AVANT-SOMMET, organisé par la Coordination des opposants au Lyon Turin les 30 novembre et

1er décembre, sera l'occasion d'informer les participants sur les véritables enjeux de ce

dossier, preuves en main.

Il sera également l'occasion d'élargir l'opposition à ce projet inutile, coûteux, aberrant et

dangereux.

Coordination contre le projet Lyon Turin fret voyageur

 

Avant sommet : vendredi 30 novembre et samedi 1er décembre.

                           Entrée libre

programme : http://avant-sommet-lyon-turin.com/

ou (lien)

 

info manifestation 3 décembre :

http://rebellyon.info/no-tav-manifestation-a-lyon-le-3.html

 + 

concert no tav Samedi 1er à Lyon ground zero gerland 40 rue Pré-Gaudry  M° Jean Jaurès

 

concert en soutient aux inculpe(e)s du no tav

concert a partir de 20 h avec The Angry Cats (rockabilly paris) shoot the dogs(oist etienne) the chemist and the acevitie (surf music dijon) FAP (ALZ) Parazik (Negrito Karim) (Hip Hop, Lyon) + Guests + Sound System jusqu'à 7h du matin entree prix libres
possibilite de manger sur place

 

https://www.facebook.com/?ref=tn_tnmn#!/events/410662459006856/415936478479454/?notif_t=plan_mall_activity

 

 

Repost 0
Published by no Tav savoie-Bugey - dans Communiqué de presse no tav
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 23:22
villarodin-bourget 0429 2085le 5 avril 2012, s'est tenu une réunion regroupant les différents collectifs et associations qui militent contre le projet d'une nouvelle ligne ferroviaire Lyon Turin.
 
Etait présent : la coordination des associations Dauphiné Savoie, la coordination rurale de Savoie, le collectif de Belledonne, le collectif d'Avressieux, le collectif des Mollettes, les associations de défense de Chimillin,  Bien vivre à Verel,  non merci, vivre autrement, de Cognin, defendre et servire la Motte, No Tav 69, No Tav Savoie et des élus. (lien vers l'article du dauphiné libéré)
  
Voici le communiqué de presse :
 

Coordination contre le projet Lyon Turin fret  et voyageur (lien)

 

Ce projet d'une ligne nouvelle ne se justifie pas à cause de son coût exorbitant par rapport au service apporté, à cause des nuisances engendrées, notamment environnementales écologiques et agricoles et parce que les réalités du trafic actuel ne correspondent pas aux chiffres sur lesquels se fonde le projet.

 

Nous sommes donc opposés au projet d'une nouvelle ligne ferroviaire Lyon Turin fret et voyageur.

 

Nous sommes pour l'amélioration notamment environnementale et technique des lignes existantes pour le fret et les voyageurs.

 

 

 

La  coordination a deux objectifs :

 

1/ abandon du Lyon Turin

2/ Mise en œuvre d'alternatives dont la modernisation et l'optimisation de l'existant permettant le transfert du fret routier vers le rail

 

Prochaine réunion, le 19 avril 2012.

 

fête à Bussoleno contre le Lyon Turin qui a eu lieu récemment pour montrer que l'opposition du coté de l'Italie ne faiblit pas  :

 

JT de le 8 mont blanc sur le village d'Avressieu

 

 

Repost 0
Published by no Gaz savoie-Bugey - dans Communiqué de presse no tav
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 19:33
 

Mouvement NO TAV 

Une garantie pour l’avenir 

www.notav.info - www.notav.eu- www.notav-valsangone.eu - www.notavtorino.org

www.ambientevalsusa.it - www.lavallecheresiste.info - www.spintadalbass.org

 

Communiqué de Presse  

de la vallée qui résiste et ne se rend pas, 13 février 2012 

Révélé l’accord secret entre l'Italie et la France pour faire débourser

€ 3,3 milliards à l'Union Européenne 

Le texte de l'Accord de Rome du 30 janvier 2012 sur la Turin-Lyon est maintenant à la disposition de l'opinion publique grâce au Mouvement No TAV 


Apparu le 30 janvier 2012 sur un bureau du Ministère des Infrastructures italien à Rome, signé en vitesse par Thierry Mariani, ministre chargé des Transports pour la France et par Mario Ciaccia, vice-ministre aux Infrastructures pour l’Italie, l’accord italo-français pour donner départ à la nouvelle ligne ferroviaire Turin-Lyon avait été perdu de vue tout de suite après. 

De nombreux coups de fil de députes européens qui souhaitaient en avoir une copie pour connaitre les détails de l'accord n'ayant pas été rapportés par les médias sont parvenus aux bureaux du Ministère italien. La réponse des bureaux romains a été invariablement: “nous ne savons pas où il a été archivé, désolés”. 

Mais comme dans les contes de fée, ce document romain soigneusement caché, est apparu à l'improviste comme par magie sur un bureau piémontais, et le Mouvement No TAV est maintenant en mesure de le rendre public. Nous attendons maintenant que le Ministère italien publie sur son site l'accord et les pièces jointes citées qui à l'heure actuelle ne sont pas encore parvenus.

Il s'agit d'un texte de 24 pages et 28 articles[1] rédigé dans le but de convaincre la Commission Européenne que l'Italie et la France sont d'accord pour réaliser la nouvelle ligne ferroviaire Turin-Lyon. Nous rappelons que cet accord devrait avant tout être ratifié par les parlements nationaux respectifs.

Selon les expectatives des deux États membres, l’Europe devra débourser 40% d'une œuvre qui devrait couter 8,5 milliards d'euros[2] (mais pour la France cette même œuvre couterait 8,2 milliards d'euros [3]).

Comme l'ont confirmé les quatre députes européens[4], qui vendredi 10 février ont inspecté le “non chantier” de La Maddalena , on ne possède aucune certitude que l'Union Européenne soutienne comme fonds perdu 40% de ce Grand Projet Inutile pour différentes raisons parmi lesquelles se distinguent les énormes retards déjà accumulés jusqu'à aujourd'hui dans l'activité de projet et de géognostique, le manque de garanties par rapport à la capacité de l'Italie de financer entièrement l’œuvre et, en dernier mais tout aussi important, le manque d'un rapport coûts-bénéfices qui garantisse les institutions financières (parmi lesquelles la Banque Européenne d’Investissements - BEI) qui devrait venir en aide à l'Italie et à la France pour trouver l'argent manquant.

Le processus de codécision en cours à Bruxelles entre la Commission Européenne et le Parlement Européen pour l'approbation d'un nouveau règlement concernant les financements à fonds perdus des projets TEN-T terminera - si il n'y a pas de retards - pas avant le début de l'année 2013 pour une entrée en vigueur en 2014.

Toutes ces réserves sont confirmées par l'art. 1, 3èmealinéa, la clause principale de cet accord, qui renvoie à l'Accord de Turin de 2001[5]:

Le présent Accord ne constitue pas l'un des protocoles additionnels prévus par l'article 4 de l'Accord signé a Turin entre les Gouvernements italien et français le 29 janvier 2011. En
particulier, il n'a pas comme objet de permettre le démarrage des travaux définitifs de la partie commune
italo-française, qui demandera l'approbation d'un protocole additionnel séparé, en tenant compte en particulier de la participation définitive de l'Union européenne au projet.

Cette clause a été volontairement cachée dans les Communiqués de Presse des Ministères italien et français, qui au contraire ont enflé l'accord en affirmant que « Le nouveau traité débloquera définitivement la réalisation de l’œuvre qui déjà à la fin de l'année devrait voir l'ouverture des chantiers pour le méga-tunnel de base » et même « La Turin-Lyon, après tant de vicissitudes et de péripéties qui ont même alimenté le scepticisme sur le fait qu'elle puisse ne jamais être réalisée, pourra devenir l'un des plus importants laboratoires de la nouvelle approche à la réalisation des œuvres …avec l'objectif de limiter les couts et d'éviter le surdimensionnement des travaux ».

Nous souhaiterions que maintenant les médias donnent à cette clause l'attention qu'elle mérite.

Il y a par conséquent de fortes probabilités que l'Union Européenne décide de ne pas donner l'argent public européen pour ce Grand Projet Inutile.

Dans ce cas l’Italie, ou elle abandonnera de sa propre initiative le projet, ou bien elle déboursera € 4,92 milliards pour la réalisation de la partie transfrontalière de la Turin - Lyon au lieu des €2,7 milliards prévus (que la France en réalité calcule comme €3,01 milliards), en excluant bien entendu les futures augmentations, qui en ce qui concerne ces projets sont une certitude.

La signature de cet accord montre que l'Italie et la France agissent pour faire débourser à l'Union Européenne des milliards d'euros pour un Grand Projet Inutile.

Le Mouvement No TAV dénonce avec force cette tentative qui, sous l'apparence d'une négociation diplomatique apparente pour le progrès dans les communications ferroviaires, semble être un véritable assaut à la diligence mené par tous les gouvernements qui se sont succédés depuis une dizaine d'années.

Et il souhaite que le Commissaire Européen aux Transports M. Siim Kallas – en lisant également la relation qui lui sera expédiée par les quatre députés européens qui ont visité la Vallée de Susa les 9 et 10 février, prenne les décisions conséquentes contre le gaspillage des fonds communautaires par l'intermédiaire de l’annulation de ce Grand Projet Inutile qui est prioritaire seulement pour reverser des fonds européens dans les caisses de l'Italie et de la France.

 

 

 

1989 - 2012, 23 années d'opposition populaire au projet de la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin




 




[4] Sonia Alfano, Eva Lichtenberger, Gianni Vattimo, Sabine Wils

 

[5] Accord de Turin du 29 janvier 2001 : http://www.notavtorino.org/documenti-02/acc-ita-fra-2001.pdf

 

30-juillet-0025_4093.JPG

Repost 0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 10:24

 Voici le communiqué de presse du collectif de Chapareillan contre les nuisances du Lyon Turin qui se sont réunit le 16 décembre 2011 devant plus d'une centaine de personnes.

 

  Il y a une réunion d'Europe Ecologie les Verts qui font une réunion d'information contre le Lyon Turin le samedi 14 janvier de 9 à 13 h salle pierre Cot à Chambéry. 

 

 Voici la vidéo de la TV net et citoyenne sur la réunion de Chambéry métropole sur le Lyon Turin le 03 janvier 2012   http://dai.ly/Aq87PH

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

           Ligne Ferroviaire Lyon-Turin :

 Réseau Ferré de France et ses commanditaires doivent comprendre qu'il y a des humains sur le tracé de la future ligne

 

Le Collectif Chapareillan contre les nuisances du Lyon-Turin (CCLT) a tenu son Assemblée Générale Mercredi 14/12/2011 à 20h30 à la salle polyvalente de Chapareillan, devant plus d'une centaine de personnes.

Cette AG a bien entendu été l'occasion pour le CCLT de faire le point sur la situation du projet qui est en latence depuis plus de 20 ans, et qui prend aujourd'hui un tournant important, puisque l'Enquête d'Utilité Publique (EUP) est  annoncée par le Préfet pour se dérouler du 16/01 au 05/03/2012.

Le CCLT n'est pas contre le report modal du transport des marchandises de la route sur le rail. Il n'est même pas spécifiquement opposé au passage de cette ligne sur Chapareillan, à condition que tout soit réellement mis en oeuvre pour que les nuisances soient réduites au maximum des possibilités techniques (et non simplement budgétaires et réglementaires).

Sous prétexte qu'il était nécessaire de créer une nouvelle infrastructure il y 20 ans (en pleine croissance économique), les décideurs politiques n'ont souhaité ni se déjuger aujourd'hui, ni étudier les diverses possibilités d'aménagement du réseau existant, pourtant totalement sous exploité actuellement.

Par ailleurs, les conditions dans lesquelles la discussion, tant sur la réelle pertinence du projet, que sur les conditions techniques de faisabilité de ce dernier, ne se sont pas démocratiquement déroulées avec les citoyens concernés en premier lieu par cette infrastructure qui va très fortement impacter leur milieu de vie.

Les habitants des zones concernées par le projet, souhaitent légitimement obtenir des garanties autres que celles apportées dans l'avant projet sommaire mis en avant jusqu'alors par RFF. La réglementation concernant le bruit, par exemple, est inadaptée et obsolète (l'OMS démontre que la norme actuellement utilisée ne préserve pas du tout de la survenance de maladies liées au bruit, elle conclue que les états doivent absolument adapter leur norme en la matière).


RFF n'a pas souhaité prendre en considération les spécificités de notre vallée (répercussion du bruit en montagne, directement auprès de l'habitat étagé, dans une zone extrêmement vulnérable à la diffusion du bruit).


Alors que l’Autorité environnementale vient d’émettre un avis très critique concernant ce projet (dossier inabouti, inquiétudes quant à l’impact du chantier sur l’environnement hydraulique lors du creusement des tunnels, incidences sur les zones Natura 2000, clarification nécessaire quant aux chiffres de prévision du trafic…), ce projet passe en force. 

Les états concernés (France, Italie), et l'Union Européenne n'ont pas les moyens de leurs ambitions. Ce projet se fera, mais dans des conditions de restrictions budgétaires telles que les citoyens seront les grands perdants sur toute la ligne... En l'absence de réaction, il risquent fort de se retrouver  sacrifiés sur l'autel du ferroutage...

Pourtant, ce projet pourrait prendre une nouvelle tournure. Sa valorisation, par des mesures d'insertion environnementales maximales (comme cela a pu se faire dans d'autres pays) favoriserait l'adhésion des populations concernées. Le CCLT a des propositions à faire en la matière...

A la veille de l'EUP, le CCLT a souhaité expliquer sa démarche et remobiliser les habitants de Chapareillan pour se faire entendre par le pouvoirs publics lors de la venue de l’enquêteur. La population a démontré qu’elle était prête à rejoindre le CCLT dans son action. Les semaines à venir seront décisives et très certainement fortes en émotions...

Le collectif abordera 2012 avec la conviction que seuls les combats qui ne sont pas menés sont perdus d’avance, et à Chapareillan le combat commence en vue d'obtenir une meilleure insertion de la future ligne sur son territoire !!! Il espère bien trouver une oreille attentive à ses légitimes revendications citoyennes.

 

Le Collectif Chapareillan Contre les nuisances du Lyon-Turin

Contact  06.31.61.82.24 / 06.71.27.58.52

Siège : CCLT – Mairie de Chapareillan- 38530 CHAPAREILLAN

 

Repost 0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 13:26

LOGO2.jpg

 

 

Communiqué de presse du collectif « no tav savoie » du 14 décembre 2011

collectif contre les projets inutiles

et plus particulièrement le Lyon-Turin

 

Ni ici, ni ailleurs.

 

 

Le 8 décembre s'est déroulé dans le Val de Suse une manifestation pour commémorer la libération de Venaus par ses habitant.e.s du mouvement « NO TAV »en 2005, contre la construction de la nouvelle ligne ferroviaire Lyon Turin.

 

Ils dénoncent un projet coûteux, totalement inutile, qui aura des impacts négatifs dans l'environnement et dans les finances publiques. Ils dénoncent le coût du projet, 24 milliards d'euro selon les dernières estimations, projet qui alourdira la dette de la France et de l'Italie .

 

Ils demandent que cet argent public soit mis sur les nombreuses régénérations/requalification des voies ferrées existantes au bénéfice de TOUS plutôt que pour un projet pharaonique aux bénéfices d'une poignée de « clients » qui de plus fait doublon avec les lignes ferroviaires existantes.

Les deux lignes existantes Lyon – Ambérieu – Chambéry et Lyon – Saint-André-le-Gaz – Chambéry sont dans la liste des 12 lignes malades citées par la SNCF le 20/01/11 http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/01/20/la-sncf-presente-son-plan-d-urgence-pour-les-douze-lignes-malades_1468339_3224.html

 

Le collectif « No Tav Savoie » constate que la justification de cette nouvelle ligne ferroviaire repose sur une énorme augmentation des trafics, tant voyageurs que marchandises au travers des vallées alpines. Dans les faits il n'y a aucune justification réelle depuis au moins 10 ans (voir http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/11/07/04/blank/02/02.html), et le rapport d'audit sur les grands projets d'infrastructures de transport, CGPC-IGF février 2003, démontre l’extrême fragilité des études trafics.

 

Au lieu d'avoir un doublement du trafic, nous avons une baisse du trafic dans les tunnels routiers du mont blanc et du fréjus; De 25,7 millions de tonnes en 1999, on passe à 17,7 millions de tonnes en 2009. Le trafic ferroviaire lui chute de 8,4 millions de tonnes à 2,4 millions de tonnes.

La ligne actuelle remise au gabarit B1 est largement sous exploitée puisqu'elle a une capacité de plus de 17 millions de tonnes. La nouvelle liaison ferroviaire Lyon-Turin n'a jamais été justifiée.

 

Le collectif No Tav Savoie est favorable à un report modal de la route vers le rail, mais signale qu'aucune politique de ferroutage n'a été menée, constatant la chute vertigineuse du fret sur la ligne historique. Le collectif soutient dans ce sens, les associations qui luttent et dénoncent le taux de pollution important dans les vallées savoyardes.

 

Le collectif No Tav Savoie dénonce la militarisation de la vallée de Suse, qui bafoue l'article des droits de l'homme sur la volonté des peuples à disposer d'eux-mêmes. Il dénonce les violences policières des carabinieri, qui une fois encore le 8 décembre 2011 n'ont pas hésité à blesser une douzaine de manifestant.e.s pacifiques, notamment en leur jetant des pierres et en leur tirant des grenades lacrimogènes à tir tendu ; un journaliste italien a lui-même été victime d'un tel tir le 8 décembre.

 

Le collectif NoTav Savoie rappelle que la mobilisation dans le Val de Suse est toujours vive et rappelle les actions du 8 décembre 2011, c'est à dire une manifestation en 2 cortèges différents avec le blocage de l'autoroute du Fréjus pendant 14 heures et l'attaque des grilles du chantier. Les No Tav italiens ont également bloqué la nationale et le TGV le 11 décembre.

 

Le collectif rappelle que le lieu où doit se faire la descenderie de la Maddalena est toujours propriété des « no tav » et est à l'endroit même du présidio de la Claréa, présidio qui ressemble à une maison traditionnelle du Val de Suse : une baïta. Donc le chantier n'est pas commencé. Cette baïta est visible sur toutes les vidéo évoquant la journée du 8 décembre. Pour l'instant, le terrain entourant l'ancien musée et la cave viticole n'est pas un chantier mais un fortin militaire. La seule activité est la construction d'enceintes pour renforcer le fortin ; action qui relève plus du génie militaire que du génie civil.

 

 

 

Le collectif exige l'abandon pur et simple du projet Lyon-Turin, projet inutile, côuteux et néfaste.

 

Non aux transports inutiles de marchandises sur de longues distances, par train ou par camion !

 

Non à la grande vitesse, oui à des vallées préservées, à une économie locale et décente !

 

 

 

Le collectif No Tav Savoie,

 

15 décembre 2011

 

 

8-decembre-0163_4779.JPG

manifestation du 8 décembre

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Blog no Tav Savoie
  •  Blog  no Tav  Savoie
  • : Blog du collectif de la lutte contre les grands projets inutiles dont le Lyon Turin
  • Contact

Recherche